Publicité

Le Petit Robert et le Larousse 2024 dévoilent leurs nouveaux mots

Le dictionnaire Le Petit Robert sort son édition 2024 le jeudi 11 mai 2023.
Le dictionnaire Le Petit Robert sort son édition 2024 le jeudi 11 mai 2023.

DICTIONNAIRE - Pas moins de 150 nouveaux mots comme « un miroir tendu sur la société ». France Inter a dévoilé ce mardi 9 mai avec la directrice éditoriale du Robert, Géraldine Moinard, les verbes, adverbes ou encore noms communs ou propres qui font leur entrée dans le dictionnaire Le Petit Robert en 2024.

« C’est un bon millésime. Les mots nouveaux, et c’est toujours vrai, sont un miroir tendu sur la société, on va retrouver dans ces mots nouveaux les principales préoccupations de la société de l’époque », a assuré la lexicographe Géraldine Moinard au micro de France Inter.

De fait, « Élisabeth Borne », « Charles III », « greenwashing, » ou encore « mégenrer » (attribuer à une personne un genre dans laquelle elle ne se reconnaît pas) seront présents dans les pages du dictionnaire qui sort en librairie jeudi 11 mai.

Le Larousse a de son côté dévoilé lundi les mots qui intégraient son édition 2024. Parmi eux, révèle Le Figaro : « PLS  » (position latérale de sécurité, se sentir mal), « Instagrammable », « boboïser », « bibimbap » (plat coréen), « ecoanxiété », « flexoffice », « nutriscore » ou encore « covidé ».

Environnement, nouvelles technologies...

Du côté du Robert, plusieurs tendances se dessinent dans cette édition 2024, à commencer par l’apparition de nombreux mots en référence à l’environnement. « C’est une grande préoccupation du moment, donc on va avoir des mots comme “mégabassine”, “microplastique”, “indice de réparabilité”, “dette climatique”, “zones à faible émission” », détaille Géraldine Moinard. « On a besoin de vocabulaire pour exprimer ces craintes », poursuit-elle.

Autre tendance, celle des nouvelles technologies. « On va avoir par exemple le métavers, le minage de cryptomonnaie, et puis ses dérivés “miner”, “mineur”, le cryptoart, le moissonnage de données etc. », ajoute-t-elle. Par ailleurs, « complosphère » va également intégrer le dictionnaire.

Comme chaque année, des anglicismes vont faire leur entrée officielle dans Le Petit Robert tels que « windfoil » (un sport de glisse), « crush » (avoir un coup de cœur pour une personne), « webtoon » (œuvre littéraire publiée en ligne), ou encore « ghoster » (éviter).

L’édition 2024 accueille son lot d’anglicismes

« Il y en a toujours beaucoup car notre langue emprunte, c’est un processus naturel, explique Géraldine Moinard. On peut regretter qu’il se fasse surtout à l’anglais aujourd’hui. Il y a donc les anglicismes mais aussi beaucoup de mots qui ne sont pas des anglicismes, des mots qui ont été retraduits (...) des mots français dont on a récupéré le sens ».

Impossible d’être exhaustif, mais d’autres mots venus de la francophonie vont également arriver dans le dictionnaire comme « gayolle » (nom belge qui signifie être en prison), ou « brave » (adjectif libanais qui désigne une personne brillante).

Comme l’explique encore la directrice éditoriale du Robert, c’est le comité éditorial qui décide des termes qui feront leur grande entrée dans la bible des mots français. Trois critères sont pris en compte : la fréquence d’usage d’un mot, sa diffusion, et sa pérennité.

Elle reconnaît également que « le dictionnaire imprimé est en perte de vitesse depuis quelques années ». Avant d’ajouter : « Mais quand vous cherchez la définition d’un mot sur Google, vous tombez souvent sur le Robert ». Même si son « usage a un petit peu changé », le dictionnaire reste en fait indispensable.

À voir également sur Le Huffpost :

Eurovision: La France a-t-elle eu « ordre de perdre ? Yves Bigot s’explique

Couronnement de Charles III : Londres en effervescence à l’aube d’une journée historique