Les personnes isolées ont plus de mal à arrêter de fumer selon une étude

Les personnes isolées ont plus de mal à arrêter de fumer selon une étude

Des chercheurs de l’Université de Bristol, au Royaume-Uni, ont constaté que les personnes seules étaient plus susceptibles de fumer que les autres.

Quel lien existe-t-il entre la solitude et l’arrêt du tabac ? C’est à cette question que des chercheurs de l’Université de Bristol (Royaume-Uni) ont tenté de répondre dans une étude publiée le 15 juin. Selon les scientifiques britanniques, il existe bien une corrélation entre le sentiment de solitude et le tabac. En effet, les personnes qui vivent seules seraient plus susceptibles de fumer que les autres et auraient davantage de difficultés à écraser leur dernière cigarette. “Nous avons trouvé des preuves suggérant que la solitude conduit à une augmentation du tabagisme, avec des gens plus susceptibles de commencer à fumer, de fumer plus de cigarettes et d'être moins susceptibles d'arrêter de fumer”, a déclaré le co-auteur principal de cette étude, le Dr Robyn Wootton. Leurs conclusions ont été publiées dans la revue scientifique Addiction.

Pas de lien entre l’alcool et la solitude

Cette étude prouve que la solitude augmente la probabilité de commencer à fumer, le nombre de cigarettes fumées par jour et diminue la probabilité de réussir à arrêter de fumer, comme le détaille Eurekalert. Cela reflète les tendances observées pendant le confinement imposé par l’épidémie de coronavirus. D’après une analyse, 2,2 millions de personnes au Royaume-Uni fument plus qu'avant. "Notre constatation que le tabagisme peut également conduire à plus de solitude est provisoire, mais elle est conforme à d'autres études récentes qui ont identifié le tabagisme comme un facteur de risque de mauvaise santé mentale. Un mécanisme potentiel pour cette relation est que la nicotine de la fumée de cigarette interfère avec les neurotransmetteurs comme la dopamine dans le cerveau", a déclaré le Dr Jorien Treur, auteur principal. Avec cette étude, les scientifiques n’ont pas trouvé de corrélation entre la solitude et la consommation d’alcool.

Selon Deborah Arnott, directrice générale d'Action of Smoking & Health (ASH), “si les personnes seules sont plus susceptibles de commencer à fumer et ont plus de mal à arrêter de fumer, elles sont plus susceptibles de subir les dommages causés par le tabagisme, principale cause de décès prématuré évitable, avec trente fois plus de personnes décédées souffrant de graves maladies liées au tabagisme telles que le cancer, les maladies cardiaques et respiratoires. Cette recherche met en évidence la nécessité pour les fumeurs souffrant de solitude de recevoir un soutien pour arrêter, pour améliorer non seulement leur santé et leur bien-être mais aussi pour réduire leur solitude”.