Publicité

Perrier, Vittel, Hépar, Cristaline : c'est quoi ce nouveau scandale des bouteilles d'eau ?

L'eau en bouteille a mauvaise presse. Après une enquête sur la quantité inquiétante de particules de nanoplastiques qu'elle contient, cette fois, c'est la prétendue "naturalité" vendue sur les étiquettes qui serait, parfois, mensongère, selon une enquête de plusieurs médias. En effet, d'après les informations du Monde et de Radio France, les usines du groupe Nestlé Waters, qui possède les marques Perrier, Vittel, Nestlé, Contrex et Hépar, mais aussi celles des Sources Alma (St-Yorre, Cristaline, Courmayeur, etc.) seraient impliquées dans des pratiques illégales de traitement d’eau contaminée.

La loi impose pourtant que ces "eaux minérales naturelles" vendues en bouteille, parfois jusqu'à 100 fois plus cher que l'eau du robinet, ne soient pas désinfectées ou ne subissent pas de filtrations trop importantes pour qu'elles gardent leurs bienfaits, notamment liés aux minéraux qu'elles contiennent. Et cela en justifie le prix. Or, ces révélations ont mis au jour des cas de désinfection aux rayons ultraviolets, d'utilisation de charbon actif ou encore de filtration supérieure au seuil autorisé sur ces bouteilles d'eau pour "nettoyer" de l'eau non conforme. En effet, les ressources en eau exploitées par Nestlé sont par exemple régulièrement contaminées microbiologiquement, notamment par des bactéries de type Escherichia coli, mais aussi par des traces de polluants chimiques, comme des métabolites de pesticides.

Cette pratique illégale et cette contamination ont été reconnues par la multinationale (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Nos astuces pour se débarrasser naturellement des glaires dans la gorge
Cerveau : qu'est-ce que l'onde de la mort ?
Nouveau Ça M’intéresse : le sommaire du mois de février
Quel gramme de sucre est-il recommandé de consommer par jour ?
Ce fruit commun pourrait être une nouvelle arme contre la typhoïde