Publicité

"Performance désastreuse", "pire mi-temps de leur tournoi"… la presse dépitée par l’élimination du Maroc à la CAN 2024

Le Maroc va encore devoir attendre avant d’espérer ajouter une deuxième ligne à son palmarès continental. Annoncés parmi les grands favoris de la CAN 2024, les Lions de l’Atlas ont été éliminés par l’Afrique du Sud dès les huitièmes de finale (2-0), mardi à San Pedro, au sud-ouest de la Côte d’Ivoire. En l’absence de Sofiane Boufal et Hakim Ziyech, blessés, les demi-finalistes du dernier Mondial ont livré une prestation médiocre, en manquant d’audace, de combativité et de justesse. Un échec mal vécu par les médias du royaume chérifien.

"Les Lions de l’Atlas ont tourné en rond tout au long de la première mi-temps", avant de proposer "leur pire mi-temps du tournoi" au retour des vestiaires, regrette Le Matin. "Amrabat et compagnie ont encore sombré face à la seule équipe à les avoir battus depuis la Coupe du monde 2022 (défaite 2-1 à Johannesbourg en juin dernier, NDLR) (…) Le duel tactique a été outrageusement dominé par Hugo Broos (le sélectionneur belge de l’Afrique du Sud), qui a laissé le ballon aux joueurs de Walid Regragui mais qui a su arracher la qualification sans douter, à aucun moment."

"La Niya, c’est fini"

Al Ahdath se montre plus piquant en parlant d’une "défaite surprise face aux Bafana Bafana", au terme d’une "performance désastreuse à tous égards". "L’équipe nationale a payé le fait d’avoir gâché un grand nombre d’occasions, que ce soit en première ou en seconde période", écrit le média, en précisant qu’une "réunion pour décider de l’avenir de Regragui" est prévue avec Fawzi Lakjaa, le président de la Fédération marocaine.

"La Niya, c’est fini" ("niya" est un terme arabe à mi-chemin entre la bonne intention et l’innocence), lance l’hebdomadaire TelQuel. Les "grands favoris des spécialistes après la sortie du Sénégal" sont tombés face à "des Bafana Bafana héroïques". Al Alam parle d’une "défaite soudaine", lors de laquelle "les remplaçants n’ont pas apporté offensivement. Ezzalzouli a été absent durant la première moitié du match. Adli n’a pas bien géré ses quelques tentatives."

"L’Afrique du Sud plus calme et mieux disciplinée"

Al Maghribia résume, plus froidement: "L’équipe nationale quitte la CAN après avoir gâché bon nombre d’occasions, à l’inverse de l’équipe sud-africaine, plus calme et mieux disciplinée tactiquement." Après cette désillusion, le Maroc a désormais un an et demi pour relever la tête avant de disputer la CAN 2025 à domicile, devant son public (entre fin juin et fin juillet).

Article original publié sur RMC Sport