Publicité

Sur les pensions à 1 200 euros, Karl Olive reconnaît des erreurs « d’explication de texte »

Sur l’explication des pensions à 1200 euros, « on n’a pas été bons », reconnait Karl Olive, député Renaissance.  (Photo d’archive, prise en septembre 2020)
Sur l’explication des pensions à 1200 euros, « on n’a pas été bons », reconnait Karl Olive, député Renaissance. (Photo d’archive, prise en septembre 2020)

Le député Renaissance des Yvelines reconnaît que le gouvernement et la majorité n’ont « pas été bons » sur les explications de la revalorisation des petites pensions.

POLITIQUE - Mea culpa sur la forme. Ce vendredi 3 mars, le député Renaissance Karl Olive a reconnu une mauvaise communication du gouvernement et de la majorité sur la revalorisation des petites pensions à 1 200 euros, un temps présentée comme la contrepartie positive de la réforme des retraites avant que des précisions ne viennent mettre à mal cet argument.

« On n’a pas été bons. On n’a pas été bons notamment dans l’explication de texte. Pas suffisamment précis », a déclaré sur CNews le député des Yvelines mis face à ses déclarations du mois de janvier, où il déclarait que 2 millions de retraités atteindraient le seuil symbolique des 1 200 euros de pensions.

En réalité, seulement 10 000 à 40 000 personnes seront concernés, comme l’a finalement indiqué le 28 février le ministre du Travail Olivier Dussopt. Le détail de cette mesure et le nombre de bénéficiaires ont fait l’objet de très nombreuses interpellations à l’Assemblée, notamment après les précisions et mises en garde d’économistes.

« On n’a pas vulgarisé suffisamment »

« Quel message souhaitions-nous passer au mois de janvier ? Le même qu’aujourd’hui, c’est-à-dire que 1,8 million de retraités vont bénéficier d’une revalorisation sans précédent entre 25 et 100 euros. Et sur les 800 000 retraités nouveaux, la moitié bénéficiera d’une compensation qui sera supérieure » à leur pension actuelle, déclare désormais Karl Olive. Avant de préciser que « parmi les nouveaux bénéficiaires, 40 000 personnes vont passer le cap des 1 200 euros ».

La revalorisation des petites pensions a été l’un des angles d’attaques privilégiés par l’opposition. Lors des débats à l’Assemblée le 13 février, les députés de gauche ont ainsi demandé de façon répétée au ministre du Travail le nombre exact de retraités qui atteindraient le seuil des 1 200 euros.

« On n’a pas vulgarisé suffisamment ce message », reconnaît désormais l’ancien maire de Poissy. Même déminé, le sujet reste technique. Dans le détail, ce n’est qu’en 2030 que 40 000 retraités supplémentaires atteindront les 1 200 euros, selon les déclarations d’Olivier Dussopt.

Sur la réforme des retraites, les sénateurs sont bien décidés à aller au bout

Grève 7 mars : 51 % des Français favorables à « mettre la France à l’arrêt »

VIDÉO - Manifestation du 7 février : "Il faut que ça vire en mouvement à la Mai 68, sinon ça gagnera pas"