Publicité

Les Pennac(s) (France 3) - Christian Rauth : "Passer cinq mois en tournage avec ma fille, c’est un cadeau du ciel !"

L’épisode pilote de la série, diffusé en janvier 2022, a été suivi par plus de 4 millions de personnes. Vous attendiez-vous à un tel accueil du public ?

Nous avons été surpris même si moi, personnellement, je pensais qu’il y avait matière à faire un succès. Je pense qu’il est rare d’avoir des héros de télévision qui jouent un duo père/fille et qui le sont vraiment. Voir comment ils se débrouillent peut intéresser le public.

Hannibal, votre personnage, est aussi bourru et impulsif qu’attachant…

Il m’amuse beaucoup ! Je n’ai pas été cherché très loin dans le travail de caractérisation de mon personnage parce que je lui trouve des similitudes avec ce que j’ai joué pendant des années, notamment avec l’inspecteur Auquelin, ce flic un peu borderline aux méthodes à l’ancienne de Navarro. Hannibal est un peu sa prolongation. Jouer Hannibal est facile pour moi. Il est assez proche de moi. Je suis un peu sauvage, déconneur, ironique…

Est-ce le fait de jouer avec votre fille, Julie-Anne Roth, qui vous a poussé à accepter ce rôle ?

Ma fille a un parcours différent du mien. Elle a fait beaucoup de théâtre, comme moi, mais aussi beaucoup de cinéma et très peu de télévision. Elle ne voulait pas faire de séries pour ne pas être marquée au fer rouge. Elle hésitait à accepter la série. Elle m’a appelé en me demandant ce que je pensais de ce projet de série qu’elle trouvait très bien. Je lui ai dit de passer les essais. Elle l’a fait et a demandé qui allait jouer son père. Ils lui ont répondu : "Si ton père pouvait le faire, on serait contents. Mais on sait qu’il ne fait pas d’essais. Donc c’est compliqué pour nous". Elle m’a appelé en me demandant si je voulais en faire avec elle. Je lui ai dit : "D’accord mais pas tout de suite. Attends de voir si tu es dans la shortlist parce qu’à mon avis ça va te desservir". Quand elle a été présélectionnée, il ne restait qu’une ou deux actrices. Je suis revenu quarante ans en arrière, au moment de mes derniers essais. On a attendu un peu et on a été pris. J’avais envie de tourner avec elle. Nous avions déjà travaillé une fois ensemble mais très rapidement. Il y a une connivence de jeu et personnelle qui est très forte. J’ai retrouvé ce que je vivais avec Daniel Rialet (son meilleur ami et partenaire dans Père et Maire qui est mort brutalement en 2006 des suites d’une crise cardiaque, ndlr).

Il y a une évidence entre vous ?

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi