Pendant que vous dormiez. Yémen, Birmanie, Espagne, Christopher Plummer : les informations de la nuit

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Les rebelles Houthis du Yémen ne sont plus considérés comme terroristes par les États-Unis. Le département d’État américain a déclaré, vendredi 5 février, qu’il lèverait le classement des Houthis du Yémen comme groupe terroriste, décidé par l’administration Trump quelques jours avant de quitter le pouvoir, révoquant ainsi des sanctions qui, selon les conseillers du président Biden, risquaient d’infliger “plus de douleur à des millions de personnes affamées qu’aux rebelles”, écrit le New York Times.“Pris dans une pauvreté généralisée et une guerre civile, environ 80 % des 30 millions d’habitants du Yémen vivent dans des zones sous contrôle houthi”, rappelle le journal, et en novembre 2020, l’ONU avait prévenu que le pays était “en danger imminent de connaître la pire famine que le monde ait connue depuis des décennies”.

En Birmanie, l’accès à Twitter et à Instagram restreint. “Quelques jours après avoir imposé un black-out similaire de Facebook pour assurer la ‘stabilité’ de la nation d’Asie du Sud-Est’”, l’armée au pouvoir en Birmanie a ordonné aux opérateurs de télécommunications locaux et aux fournisseurs d’accès à Internet de bloquer Twitter et Instagram, rapporte TechCrunch. Le géant norvégien des télécommunications Telenor, l’un des principaux opérateurs de télécommunications en Birmanie, a déclaré que les autorités avait ordonné aux FAI de bloquer Twitter et Instagram “jusqu’à nouvel ordre”. Plusieurs utilisateurs birmans ont confirmé qu’ils ne pouvaient pas accéder à Twitter. Jointe par TechCrunch, la compagnie à l’oiseau bleu s’

[...] Lire la suite sur Courrier international