Présidentielle: Robert Ménard estime qu'"on est bien partis pour perdre" si les divisions persistent entre Le Pen et Zemmour

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Robert Ménard, maire de Béziers - AFP
Robert Ménard, maire de Béziers - AFP

Après avoir tenté de jouer les entremetteurs entre Éric Zemmour et Marine Le Pen ce samedi en marge d'une visite du polémiste dans sa ville de Béziers, Robert Ménard tire désormais le signal d'alarme. A l'antenne de BFMTV, interrogé sur les divergences qui existent entre la candidate du Rassemblement national et l'écrivain qui n'est pas officiellement un prétendant, le maire de la commune de l'Hérault s'est montré extrêmement pessimiste.

"On est bien parti pour perdre si on continue d’être divisés. On représente près d’un tiers des électeurs selon les sondages, si on a deux candidats, on pourrait en avoir aucun des deux qualifiés pour le 2e tour, la raison et le bon sens poussent à ce que l’un des deux dise ‘j’abandonne la partie et je laisse le mieux placé en position de gagner.’", assure-t-il.

"Stupidité à toute épreuve"

Dans la suite de sa prise de parole, l'élu ne s'est pas montré tendre envers les deuxpersonnalités, avec qui il est pourtant proche.

"La droite a toujours été d’une stupidité à toute épreuve, l’ensemble de la droite. Encore une fois Marine ne gagnera pas sans Éric, Éric ne gagnera pas sans Marine, et aucun des deux ne gagnera sans faire en sorte qu’une partie des électeurs des Républicains s’ajoute à nous, c’est aussi simple que ça."

S'il assure "avoir pris un engaement" envers Marine Le Pen en ce qui concerne son parrainage pour le scrutin présidentiel, Robert Ménard a assuré qu'il "titerait toutes les conséquences" si un rapprochement n'est pas effectué.

"Aujourd’hui c’est mon camp, deux amis avec qui je discute, mais je leur dit attention, ne faites pas passer votre histoire personnelle avant la Freance, c’est inacceptable."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles