Pays-Bas : l'hébergement de réfugiés sur des bateaux de croisière suscite la polémique

Les autorités des Pays-Bas envisagent d'accueillir les réfugiés sur des bateaux de croisière pour faire face à la pénurie d'hébergement. Mais cette décision inquiète les associations.

"Absurde", "illégal"... La solution du gouvernement néerlandais pour faire face à l'afflux de réfugiés dans le pays a été vivement critiquée. Les Pays-Bas envisagent en effet d'utiliser des bateaux de croisière pour héberger jusqu'à 3 000 personnes, rapporte le quotidien britannique The Guardian.

Les autorités doivent encore réfléchir à la façon de gérer la circulation des réfugiés entre le quai et le bateau, afin que ces personnes ne soient pas considérées comme "retenues illégalement captives par l'État" selon les mots du quotidien.

Les réfugiés risquent de se retrouver en mer

Trois bateaux ont déjà été missionnés, et l'un d'eux doit s'amarrer au port de Velsen à une vingtaine de kilomètres d'Amsterdam. Mais les ministres peinent à trouver d'autres emplacements. Le risque que des migrants se retrouvent en mer sur ces bateaux fait réagir les associations néerlandaises.

"Un bateau de croisière comme mesure temporaire, c'est déjà bien mieux qu'un abri d'urgence. Mais ce n'est pas pareil si vous les laissez dériver en mer. (...) Il ne faut pas faire ça à des gens qui ont fui la guerre et la violence. Il faut prendre soin des réfugiés en tant que société, et pas à distance", explique un porte-parole de l'association VluchtelingenWerk au Guardian.

Une différence de traitement entre les réfugiés d'origine ukrainienne et les autres, suggérée par le gouvernement, indigne encore plus les associations. Les Pays-Bas ont vu arriver 60 000 Ukrainiens depuis le début du conflit dans ce pays, et la situation en termes d'hébergement d'urgence est aujourd'hui très tendue.

La France a connu une situation similaire au printemps 2022. Des réfugiés ukrainiens avaient été hébergés à bord du Méditerranée, dans le port de Marseille, entre le 29 mars et le 10 juin. Ce ferry de la compagnie Corsica Linea avait fini par reprendre la mer, et ses passagers ont été répartis dans d'autres hébergements.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Marina (réfugiée ukrainienne en France) : "Se réveiller avec le bruit des bombes, c’est le pire des sentiments. J’ai tout laissé derrière moi et je n’y retournerai jamais"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles