Publicité

Sur les pavés de Paris-Roubaix, des chèvres précèdent les cyclistes pour préparer le passage de la trouée d’Arenberg

ANIMAUX - Une attention toute particulière pour « l’Enfer du Nord ». Ce mardi 2 avril, les organisateurs du Paris-Roubaix ont fait venir des chèvres pour entretenir la piste, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article. À quelques jours de la course, les tondeuses sur pattes se sont occupées de la trouée d’Arenberg, passage mythique et long de plus de 2 kilomètres.

L’an dernier, le directeur de la course et ancien cycliste Thierry Gouvenou avait déclaré auprès de l’AFP : « On s’était rendu compte pendant la période du Covid, où la section n’avait pas été utilisée pendant plus de deux ans, que la nature reprenait rapidement le dessus. C’était devenu presque une prairie. » Une raison qui avait poussé les organisateurs vers l’éco-pâturage après un nettoyage mécanique en profondeur en 2022.

Elles facilitent l’entretien du lieu : le site de la trouée d’Arenberg étant classé, il est protégé et donc interdit aux véhicules. « Les chèvres mangent tout ! Entre les pavés, leur gueule arrive à prendre cette fameuse herbe, et une chèvre va vraiment aller au ras des pavés pour bien nettoyer », expliquait Christophe Ansart, responsable du chantier, à Europe 1 l’année dernière.

Pour inspecter le travail des chèvres, vous pourrez regarder la course du Paris-Roubaix ce dimanche 7 avril sur France 3.

À voir également sur Le HuffPost :

« Peggy et Molly », une pie et un chien star des réseaux sociaux ont été séparés, l’Australie en émoi

Mathieu van der Poel remporte le Tour de Flandres en réalisant une fin de course dantesque