Le patron du CNC, Dominique Boutonnat, sera jugé pour agression sexuelle sur son filleul

© Abd Rabbo-POOL/SIPA

Récemment reconduit à la tête du Centre national du Cinéma (CNC), Dominique Boutonnat sera jugé devant un tribunal correctionnel pour agression sexuelle sur son filleul au cours d’un séjour en Grèce, lorsque ce dernier était âgé de 21 ans.

« À l'issue d'une information judiciaire complète, le juge a considéré qu'il existait des charges suffisantes pour renvoyer M. Boutonnat devant un tribunal », a annoncé l’avocate de la partie civile. Le chef du Centre national du Cinéma (CNC), récemment reconduit à cette fonction, Dominique Boutonnat, va être jugé en correctionnelle pour agression sexuelle sur son filleul, rapporte l’AFP ce jeudi. Les faits seraient a priori survenus lors d'un séjour en Grèce en 2020, alors que la victime présumée était âgée de 21 ans.

Que Dominique Boutonnat « réponde de ses actes »

Dominique Boutonnat, 52 ans, nie les faits en bloc et dénonce des accusations au « caractère fantaisiste et mensonger », à travers la voix de son avocat Me Emmanuel Marsigny. D’après lui, son client a porté plainte pour dénonciation de crime imaginaire et dénonciation calomnieuse.

Le parquet de Nanterre a précisé à l’AFP que le procès du patron du CNC aura bien lieu devant un tribunal correctionnel et non devant une cour d'assises, où les peines encourues sont plus lourdes. En effet, la qualification de « tentative de viol » n'a pas été retenue par la justice. « Ce que nous souhaitons surtout, c'est que le statut de victime de mon client soit reconnu par la justice » et que l’accusé « réponde de ses actes », a indiqué à l’AFP Me Caroline Toby, l’avocate du filleul de Dominique Boutonnat.

Lire aussi - Même aux Césars, le cinéma n'était pas à la fête

La qualification de tentative de viol écartée par le parquet

Le...

Lire la suite sur LeJDD

VIDÉO - Les procureurs veulent plus de preuves pour inculper Marilyn Manson d'agression sexuelle