Patrick Timsit accusé de "regard dangereux" : le comédien a frôlé la prison aux Etats-Unis !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un peu partout dans le monde, les femmes se soulèvent à juste titre contre les gestes déplacés, les agressions, les remarques fatigantes et autres abus de la part de la gent masculine. Aux Etats-Unis, un concept s'est développé sans pour l'instant atteindre nos frontières : celui du "rape look", qui désigne les regards bien trop insistants voire dangereux. Et c'est justement ce dont Patrick Timsit a été accusé alors qu'il était installé à une table du Beverley Deli, à Los Angeles, avec quelques amis français dont le réalisateur Francis Veber.

Dans les colonnes du Journal Du Dimanche, l'auteur Philippe Labro raconte effectivement un coup de téléphone passé à Francis Veber - La Chèvre, Le dîner de cons, Le placard, L'emmerdeur... - durant lequel le réalisateur s'est remémoré du passé : cet instant où il a cru finir derrière les barreaux, en Amérique, avec le papa de Lazard. "Il y avait une jolie fille à l'autre bout de la salle. On l'a regardée. Elle est venue vers nous. 'Stop looking at me', nous a-t-elle ordonné, se souvient-il. Je réponds que j'ai un rayon de soleil dans les yeux et que je ne l'ai pas regardée. Elle va se plaindre au patron de l'établissement. Il vient nous engueuler. Le ton monte. Il nous demande de partir. On sort. Et là, surprise : y a des flics partout."

Cinq voitures, quinze officiers de police et un hélicoptère

Accueillis à la...

Lire la suite


À lire aussi

Alicia (Mariés au premier regard) mariée à Bruno et trahie ? Accusé de mener une double vie, il s'explique
Mariés au premier regard : Un candidat a frôlé l'amputation, il raconte
Cédric Jubillar malmené en prison : ce dangereux détenu qui l'a pris sous son aile...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles