Publicité

Partygate: une vidéo d'une fête au siège du parti conservateur en plein confinement fait scandale

L'étau n'en finit plus de se resserrer autour de Boris Johnson. Ce dimanche, le quotidien britannique The Mirror a mis en ligne une vidéo dans laquelle plusieurs membres du parti conservateur chantent, dansent et boivent au cours d'une fête organisée au siège du parti en plein confinement, fin 2020. Une pièce à conviction de plus dans l'affaire dire du "Partygate", qui secoue le pays depuis des mois.

À l’époque, le Premier ministre britannique était le dirigeant du parti, et est fortement soupçonné d'avoir organisé, ou du moins toléré, plusieurs de ces soirées alors même que le pays était sous cloche avec des restrictions lourdes afin d'éviter une nouvelle vague de Covid-19, particulièrement virulent à cette époque outre-Manche. Il s'agit de la première vidéo qui vient confirmer la tenue de ces fêtes, auparavant documentées par plusieurs photographies déjà versées au dossier.

Sur les images tournées au siège londonien du parti, plusieurs individus, 24 selon la presse britannique, se parlent entre eux à quelques centimètres au mépris des gestes barrières élémentaires. Parmi eux, le quotidien britannique souligne qu'au moins deux ont été inscrits sur la liste de nominations à la chambre des Lords par Boris Johnson lui-même.

"Dégoûtante"

La divulgation de cette vidéo a causé la colère parmi les proches de patients qui ont succombé au Covid-19 durant cette période, soumis comme tout le monde à de strictes règles qui leur ont parfois empêché d'être aux côtés de leurs proches.

Auprès du Mirror, Lobby Akinnola, porte-parole de Covid Bereaved Families For Justice (CBFFJ), qui a perdu son père à cause du Covid, qualifie cette vidéo de "dégoûtante."

"Ils se sont sentis suffisamment enhardis et en sécurité non seulement pour le faire, mais aussi pour le filmer et créer des preuves. À l'approche de ce Noël, le Royaume-Uni était en crise, nous approchions du taux de mortalité le plus élevé au monde. À une époque où ils tenaient littéralement la vie de la Nation entre leurs mains, ils pensaient à eux-mêmes", attaque-t-il.

"Il est difficile de comprendre comment ils peuvent agir avec une telle insouciance, étant donné ce que le reste du pays traversait", dit, pour sa part, Amos Waldman, un autre porte-parole de la même association.

Debbie Lewis, qui a fondé Covid 19 Families UK après la perte de son père, se dit aussi "en colère que surprise." "Découvrir qu'ils ont organisé des fêtes et dansé et chanté à ce sujet alors que nous avons tant souffert est tout simplement horrible", dit-elle.

Commission d'enquête

Comme l'indique The Mirror, cette séquence est entre les mains de la police britannique. Quoi qu'il en soit, la pression autour de Boris Johnson, qui a déjà quitté ses fonctions de député, se resserre.

Ce lundi, les députés britanniques se prononcent sur l'accablant rapport d'une commission d'enquête qui a conclu que l'ex-Premier ministre avait menti au Parlement dans cette affaire.

Le jour même du 59e anniversaire de Boris Johnson, les élus de la chambre des Communes devront dire s'ils endossent les conclusions de la commission parlementaire sur les privilèges et les sanctions qu'elle a recommandées à l'encontre de l'ex-Premier ministre.

Dans un rapport publié jeudi, la commission a conclu qu'il avait "induit la chambre en erreur sur une question de la plus haute importance pour la Chambre et pour le public" et ce "à plusieurs reprises".

Certains de ses plus fidèles soutiens au Parlement ont déjà assuré qu'ils rejetteraient le rapport, même si selon la presse britannique l'ex-Premier ministre aurait appelé ses partisans à ne pas s'opposer aux conclusions de la commission.

La direction du parti conservateur n'a pas donné de consigne de vote, mais la présidente conservatrice de la chambre Penny Mordaunt a indiqué que la motion en discussion "demandera à la chambre d'approuver" le rapport et a appelé les élus à "se faire leur propre jugement".

Article original publié sur BFMTV.com