Publicité

"Je partirai sans peur ni regrets" : Le témoignage émouvant de Line Renaud sur la fin de sa vie

Merci la vie ! ressemble à un cadeau d’adieu au public et à ceux qui vous aiment. Pourquoi cette démarche ?

Line Renaud Dans quelques mois, j’aurai 96 ans : comment ne pas penser que la fin du chemin se dessine ? Mais on ne part pas sans quelques égards... Cette lettre au public en fait partie. Je fête mes 80 ans de carrière cette année. Entre les Français et moi, c’est une longue et grande histoire d’amour. Au fil du temps, le public est tout simplement devenu ma famille. Merci la vie ! est une lettre de joie et d’amour, ce sont mes pensées intimes, mes secrets de vie, mes éclats de rire mes convictions et mes engagements. Ce n’est pas un livre triste, bien au contraire ! C’est mon hymne à la vie.

Vous semblez n’avoir plus rien à cacher. Vous a-t-il fallu du temps pour apprendre à lâcher prise ?

À mon âge, on gagne en liberté ! Non, je n’ai rien à cacher, pas de secrets dans le placard. J’ai agi du mieux que je pouvais, avec sincérité. Je n’ai plus de lauriers à conquérir, rien à prouver. Ce grand âge est un supplément de vie et de joie, j’en profite avec beaucoup de reconnaissance. Je n’oublie jamais quelle chanceuse je suis.

À lire également

Andréa Bescond règle ses comptes avec Gérard Depardieu dans Télématin : "On ne parle pas de consentement quand la victime a 40 ans de moins" (VIDÉO)

En revanche, vous n’êtes pas tendre avec ce corps vieillissant qui vous lâche... C’était important de dire la vérité ?

Bien sûr que c’est important ! Je ne vais pas dire aux gens que je galope et que j’ai une énergie de débutante. Quand je menais la revue du Lido, je faisais 4-5 heures d’exercice physique par jour ! Aujourd’hui, je paie l’addition, j’ai mal partout, et c’est bien normal, à mon âge. Mais, finalement, je ne m’en sors pas si mal et, surtout, j’ai encore la joie de vivre.

Comment peut-on se préparer au grand départ ?

En se disant que c’est inéluctable, que la mort fait partie de la vie, qu’on a déjà eu de la chance... La foi aide. Je pense que, le jour venu, je retrouverai ceux que j’ai tant aimés : maman, Loulou (Gasté, son mari, ndlr) et tant d’amis merveil...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi