Publicité

"Elle est partie volontairement, c'est certain" : le mari de Karine témoigne après sa disparition

"Elle est partie volontairement, c'est certain" : le mari de Karine témoigne après sa disparition

Selon Michel Pialle, sa femme Karine Esquivillon, disparue depuis près de deux mois, a volontairement quitté le domicile conjugal. "Par contre, ce qu'il s'est passé après, c'est l'inconnu total", a-t-il ajouté.

"Quand elle est partie, pour moi ce n'était pas possible". Le mari de Karine Esquivillon, cette mère de cinq enfants qui n'a pas donné signe de vie depuis près de deux mois, s'est exprimé ce samedi au micro de BFMTV.

Michel Pialle est ainsi revenu sur la disparition de sa compagne qu'il a signalée auprès des gendarmes de la commune de Maché en Vendée le 3 avril. Il a expliqué dans un premier temps être surpris, à l'instar de la soeur de Karine interviewée la vieille par BFMTV, que sa conjointe ne donne plus de nouvelles. "J'étais persuadé qu'elle allait revenir", a-t-il affirmé.

"Impossible que quelqu'un soit venu dans la maison"

Néanmoins, Michel Pialle a ensuite ajouté que lorsqu'il avait réalisé que sa femme, décrite notamment par sa soeur comme "une maman aimante qui fait tout pour sa famille", avait "lâché plusieurs choses" comme "les devoirs" des enfants, il avait changé de perception.

"Elle était moins présente, sa tête était ailleurs, je me suis alors dit que ce n'était pas impossible [qu'elle parte volontairement, ndlr]. Plus impossible. La preuve en est, elle n'est pas là".

Selon Michel Pialle, Karine Esquivillon "est partie et personne ne l'a forcée. Elle a pris des affaires dans différents endroits de la maison. C'est impossible que quelqu'un soit venu dans la maison, en dix minutes, sans que je l'entende, prendre des affaires en haut, en bas, sortir le livret de famille (...)"

"Elle est partie volontairement, c'est certain. Par contre ce qu'il s'est passé après, c'est l'inconnu total" a conclu le conjoint de la disparue.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Femme disparue en Vendée: "J'ai un mauvais ressenti (...) ça ne correspond pas à ma sœur", témoigne la sœur de Karine