Paris : un homme accusé d'avoir espionné son ex dans son intimité et d'avoir piraté ses comptes pour détruire sa vie

Une incroyable affaire de harcèlement actuellement jugée à Paris (Photo : Getty Images/EyeEm) (Getty Images/EyeEm)

Aidé de sa nouvelle compagne, l'individu aurait notamment créé des faux documents pour suspendre les droits à la CAF de son ancienne compagne, mais aussi pour mettre en cause sa capacité à éduquer leur fille handicapée.

Son seul objectif était apparemment de faire vivre un enfer à son ex. Un homme âgé de 57 ans comparaît ce mardi 10 janvier devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir empoisonné la vie d'une ancienne compagne pendant deux ans. Aidé d'une complice, l'accusé se serait introduit chez elle et l'aurait espionné, mais aurait également usurpé son identité en ligne dans le but de lui nuire.

Il provoque un dégât des eaux chez son ex et vole le fauteuil de leur fille handicapée

Comme l'explique Le Parisien, une multitude de faits différents sont reprochés au quinquagénaire. Le quotidien régional évoque ainsi une première plainte, déposée en septembre 2019, selon laquelle l'accusé se serait introduit chez son ex alors qu'elle était absente et aurait "provoqué sciemment un dégât des eaux et même dérobé le fauteuil roulant d’une de leur fille, handicapée".

L'intrusion dans la vie privée de son ancienne compagne est cependant loin de s'arrêter là. Toujours selon Le Parisien, la victime aurait progressivement découvert que le prévenu avait déployé, pour la surveiller, un arsenal digne d'un film d'espionnage. Il aurait ainsi fait suivre et photographier son ex, aurait installé des micros chez elle et piraté son téléphone, et aurait même poussé le détail jusqu'à intercepter et lire toutes ses correspondances.

"J'ai fait ça pour prouver son train de vie grandiose"

L'individu aurait également, avec l'aide de sa nouvelle compagne, usurpé l'identité de la plaignante dans le but de la priver des prestations sociales dont elle bénéficiait. "En se faisant passer pour elle, en utilisant voire modifiant ses codes d’accès, il a compilé ses factures de téléphones et de voyages, ses relevés de comptes bancaires, ceux de la CAF", raconte le quotidien francilien.

Le quinquagénaire, qui contestait depuis des années le montant de la pension alimentaire versée à son ex, aurait ensuite falsifié un certain nombre de documents, de manière à faire croire à une fraude de la part de la mère de famille. En les envoyant aux organismes concernés, il aurait notamment réussi à faire suspendre les droits à la CAF de son ex. "J’ai fait ça pour prouver son train de vie grandiose, a-t-il affirmé au cours de sa garde à vue. J’aide la CAF, les impôts à récupérer leurs sous."

Un harcèlement hors norme

Le Parisien explique enfin que l'ancien mari n'aurait pas hésité à falsifier d'autres documents, concernant le handicap de sa fille, toujours dans le but de nuire à son ancienne compagne. L'accusé et sa complice aurait ainsi modifié une lettre du neurologue suivant sa fille pour accuser son ex de "carences" dans l'éducation de leur progéniture.

"Ils ont utilisé une véritable ingénierie pour attaquer ma cliente dans toutes les sphères de sa vie quotidienne, résume Me Sebag, l'avocat de la plaignante. Elle a été dévalorisée en tant que mère, en tant qu’ex-épouse, privée de ses moyens de subsistance, isolée puisque ses proches ont également été pris pour cible". Le procès de ce harcèlement hors norme se tient donc à partir de ce mardi dans la capitale.

VIDÉO - Cindy Bruna dans La Face Katché : "On a été co-victimes des violences conjugales. On n’est pas juste témoins"