Publicité

Paris-Nice: qui sont les favoris de la course au soleil?

Paris-Nice: qui sont les favoris de la course au soleil?

Top départ pour la course au soleil. Ce dimanche, les coureurs de Paris-Nice s'élancent vers le sud de la France pour ce rendez-vous incontournable du début de saison avec une première étape de 157,7 kilomètres qui devrait convenir aux sprinters. Pour le classement général, il faudra attendre le chrono par équipe de mardi puis les étapes vallonnées du Mont Brouilly, d'Auron et de Nice pour se faire une idée plus précise.

Mais en l'absence de Pogacar et de Vingegaard, alignés cette année sur les courses de fin d'hiver en Italie, les deux autres membres du "Big Four", le Belge Remco Evenepoel et le Slovène Primoz Roglic, devraient se disputer la victoire finale. Même si leurs adversaires ne manqueront pas à l'appel. Voici nos favoris, et nos outsiders.

Remco Evenepoel (Soudal Quick Step) ⭐⭐⭐⭐⭐

Le jeune prodige belge disputera cette année pour la première fois de sa jeune carrière le Tour de France au mois de juillet. C'est dans cet esprit notamment que son programme, taillé sur mesure pour cet objectif estival, le fait passer pour la première fois de sa vie de cycliste par les routes de Paris-Nice.

Déjà très en forme en 2024 et vainqueur des deux courses sur lesquelles il s'est aligné depuis le début de la saison (5 podiums en 6 jours de course), il sera difficile de ne pas voir en Evenepoel le grand favori à la victoire finale. Il fait en tout cas de la course au soleil un objectif assez clair, et ses qualités de puncheur pourraient lui permettre à plusieurs reprises de faire la différence dans la semaine, notamment sur les pentes abruptes du Mont Brouilly à l'arrivée de la 4e étape ce mercredi.

Primoz Roglic (Bora-Hansgrohe) ⭐⭐⭐⭐⭐

A 34 ans, un nouveau chapitre s'ouvre dans la carrière du Slovène, triple vainqueur de la Vuelta et vainqueur du Giro en 2023. Parti de Visma | Lease a Bike cet hiver après 8 ans de bons et loyaux services, il débarque chez Bora-Hansgrohe avec la certitude d'avoir les coudées franches, là où il était devenu une solution de rechange dans son ancienne équipe au fil de l'éclosion de Jonas Vingegaard et dans une moindre mesure de Sepp Kuss.

Ce dimanche aux Mureaux, ce sera d'ailleurs la première fois qu'il portera le maillot de sa nouvelle formation en course, avec pas mal d'inconnues sur sa condition physique en début de saison, même s'il avait réussi à gagner l'édition 2022 de la course au soleil en ayant très peu couru auparavant. De plus, Roglic sera très bien accompagné en montagne, notamment par Vlasov et Jungels ce qui devrait constituer pour lui un avantage sur Evenepoel dont le collectif semble un peu plus faible.

Il pourrait notamment avoir un avantage lors de la troisième étape de ce mardi, un contre la montre par équipes de 26,9 km autour d'Auxerre. L'écart ne sera pas très important, mais on le sait: sur Paris-Nice, quelques petites secondes peuvent suffire à remporter l'épreuve. En ce sens, le chrono aura sans doute son importance.

Brandon McNulty et Joao Almeida (UAE Team Emirates) ⭐⭐⭐

Le Tour de France de Tadej Pogacar se prépare peut-être déjà dès ce mois de mars, et sans lui. Renforcée par l'arrivée du routier allemand Nils Politt ou encore du grimpeur français Pavel Sivakov, la formation émiratie compte bien donner l'heure sur la Grande Boucle en juillet prochain à sa grande adversaire, la Visma | Lease a Bike de Jonas Vingagaard, vainqueur des deux derniers Tours de France.

Pour cela, elle travaille son collectif dès Paris-Nice, avec notamment la présence de Nils Politt et de l'Espagnol Marc Soler en appui de Joao Almeida. Ces trois-là, sauf pépin, disputeront le Tour aux côtés de Tadej Pogacar, et le Portugais aimerait même passer un cran en jouant les premiers rôles cette semaine sur sa première course de la saison.

Troisième du Tour d'Italie, Almeida est un candidat crédible au podium sur Paris-Nice, et pourra compter sur la présence du coureur de l'Arizona, Brandon McNulty. Ce dernier est lui aussi un potentiel candidat au podium, à condition de retrouver l'état de forme qui lui avait permis de s'imposer début février sur le Tour de Valence. Et à condition de ne pas revivre l'incroyable défaillance connue dans l'ultime étape du Tour des Émirats.

Egan Bernal (Ineos Grenadiers) ⭐⭐

Et si le grand Egan Bernal était de retour en 2024? Vainqueur de Paris-Nice en 2019 quelques mois avant de remporter son seul Tour de France, le Colombien a depuis remporté le Giro en 2021 avant de manquer de perdre la vie début 2022 dans un grave accident subi à l'entraînement.

En difficulté l'an passé sur les grandes courses sur lesquelles il s'était aligné, on craignait alors de ne plus jamais revoir "l'Aigle de Zipaquirà" à un niveau qui lui octroierait la possibilité de titiller les meilleurs. Loin de nous permettre de tirer de grands enseignements, son début de saison 2024 incite en tout cas à l'optimisme. Cinquième du Tour de Colombie, il a surtout tiré son épingle du jeu sur O Gran Camino, terminant troisième du général notamment devant la pépite belge Cian Uijtdebroeks, Richard Carapaz, David Gaudu ou encore Rigoberto Uran.

De bonne augure pour Paris-Nice? La course nous le dira. Une certitude: le scenario habituel correspond parfaitement aux qualités du Colombien, qui en 2019 lors de sa victoire avait creusé des écarts notamment grâce à son excellente gestion des bordures, souvent un point clé de la course au soleil. Dans sa quête de renouveau, Bernal sera notamment accompagné du jeune Carlos Rodriguez, cinquième du Tour 2023, à surveiller lui aussi en dépit d'un début de saison plutôt discret.

David Gaudu (Groupama-FDJ) ⭐

Difficile de totalement écarter le Breton de la liste des prétendants au classement général. Deuxième l'an passé et arbitre plutôt inattendu du duel entre Tadej Pogacar et Jonas Vingegaard, David Gaudu avait réalisé une semaine quasi parfaite sur la course au soleil et laissé entrevoir de belles promesses pour la suite de son année 2023.

Malheureusement pour lui, la suite avait été moins reluisante, la faute notamment à des allergies récurrentes au printemps. Celles-ci avaient amplement compromis son objectif de podium sur la Grande Boucle une fois l'été venu, terminant finalement neuvième. Le point central d'une saison globalement ratée, marquée entre autres par un accrochage sur les réseaux sociaux avec son ancien coéquipier Arnaud Démare.

Pour David Gaudu, ce Paris-Nice 2024 s'annonce plein d'incertitudes après un début de saison très timide et cette récente 18e place au général de la course O Gran Camino à plus de 5 minutes de Jonas Vingegaard, et très loin également de son coéquipier, la jeune pépite Lenny Martinez, 2e de l'épreuve.

Les outsiders

Parmi ceux qui pourraient bousculer la hiérarchie, citons l'Autrichien Felix Gall (Décathlon AG2R La Mondiale), vainqueur de la grande étape de Courchevel sur le Tour 2023, le Danois Mattias Skjelmose (Lidl-Trek), l'Espagnol Pello Bilbao (Barhain Victorious), et l'Américain Matteo Jorgenson (Visma | Lease A Bike), ainsi que pour les sprints, le Français Arnaud Démare (Arkéa BB Hotels), le Danois Mads Pedersen (Lidl Trek), les Néerlandais Olav Kooij (Visma Lease A Bike), Dylan Groenwegen (Jayco AlUla) et Fabio Jakobsen (DSM firmenich PostNL), l'Australien Kaden Groves (Alpecin Deceuninck) ainsi que le Français Bryan Coquard (Cofidis).

Article original publié sur RMC Sport