Paris: un homme confondu par son ADN sept ans après un viol

Un badge de la police sur une veste (illustration) - Geoffroy Van der Hasselt / AFP
Un badge de la police sur une veste (illustration) - Geoffroy Van der Hasselt / AFP

L'attente a été longue mais la science a finalement parlé. Un homme de 43 ans a été mis en examen le 17 septembre dernier par le parquet de Créteil pour un viol datant de 2015, a appris BFMTV.com de sources concordantes, confirmant une information du Parisien.

Le 18 avril 2015, un jeune homme de 27 ans s'était en effet présenté à la police afin de dénoncer l'abus dont il avait été victime. Il racontait alors avoir été invité par deux hommes à boire un verre à Paris. Mais le lendemain de cette soirée, il s’était réveillé sans aucun souvenir.

Les investigations avaient établi qu'il avait probablement été drogué, violé et dépouillé de son ordinateur, téléphone portable et carte bancaire. Sur les lieux du crime, un ADN masculin avait pu être prélevé par les enquêteurs mais ils ne correspondait à aucun profil génétique déjà enregistré dans les fichiers des autorités. Un point d'interrogation demeurait donc sur l'identité de ce potentiel suspect.

Toxicomane sans domicile fixe

Sept ans plus tard, le rebondissement tant attendu par la victime déclarée se produit donc enfin. Un rapprochement a pu être effectué par le Fichier national automatisé des empreintes génétiques entre le suspect anonyme de 2015 et un individu interpellé en 2021 pour port d’arme. Identifié, l'individu s'avère être un toxicomane sans domicile fixe.

Interpellé le 15 septembre dernier, l'homme conteste les faits de viol qui lui sont reprochés, mais ne peut expliquer la présence de son ADN sur la scène de crime. Après avoir été mis en examen pour viol, vol aggravé et extorsion avec violences, le juge des liberté et de la détention l'a placé en détention provisoire.

Article original publié sur BFMTV.com