Publicité

Paris : les habitants d'un immeuble forcés de cohabiter avec un cadavre en putréfaction pendant plusieurs jours

Faute de médecin disponible, le cadavre d'un locataire décédé a été laissé pendant près d'une semaine dans un appartement.

Les pompiers ont dû se résoudre à laisser le cadavre sur place après leur intervention (Photo : Getty Images)

Les personnes concernées ont décrit une "odeur insoutenable". Pendant environ une semaine, les habitants d'un immeuble situé dans le XVIIIe arrondissement de Paris ont été confrontés à une situation particulièrement inconfortable. A la suite du décès d'un locataire, le cadavre a mis plusieurs jours à être évacué et les effluves de la putréfaction du corps se sont répandues dans tout le bâtiment.

Un "homme extrêmement solitaire" décédé depuis plusieurs jours

Comme le rapporte Le Parisien, en fin de semaine dernière, plusieurs locataires se sont inquiétés d'une odeur de plus en plus forte et persistante provenant de l'appartement d'un "homme extrêmement solitaire". Contactés le dimanche 4 février, les pompiers et la police sont intervenus sur place, ont pénétré à l'intérieur du logement et ont pu confirmer que son occupant était décédé "depuis au moins quatre jours", après avoir fait un malaise dans ses toilettes.

Après le passage des secours, les résidents de l'immeuble ont toutefois constaté avec dégoût que l'émanation nauséabonde était plus présente que jamais. "L'odeur devenait de plus en plus insoutenable et continuait de se répandre sur les six étages", témoigne une locataire citée par Le Parisien. Les habitants ont donc rappelé la police, qui leur a expliqué que le cadavre n'avait pas pu être retiré, faute de médecin disponible pour constater légalement le décès !

"Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Paris est un désert médical"

Dans la soirée du lendemain, lundi 5 février, un professionnel de santé a finalement pu se rendre sur place pour officialiser le trépas et autoriser la levée du corps, ce qui n'a pas empêché les riverains concernés de clamer leur indignation après cet épisode qualifié d'"ubuesque". "Le corps a dû rester là à se putréfier à côté de ses toilettes pendant près d’une semaine, rappelle la locataire interrogée par Le Parisien. C’est absolument indigne, que ce soit pour la personne décédée ou pour ceux qui ont dû subir."

D'après l'Ordre des médecins, contacté par le média francilien, ce regrettable incident serait à mettre sur le compte d'effectifs trop peu importants. "Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Paris est bel et bien un désert médical, ce qui pose un souci évident d’effectif de médecins généralistes disponibles pour se déplacer et constater un décès, résume le président de l'Ordre des médecins de Paris. Et c’est d’autant plus vrai lors des permanences de soin du week-end et du soir."

VIDÉO - Sylvain Augier, bipolaire : “Je voulais combattre la peur. C'était une victoire sur la mort à chaque fois”