Publicité

Paris, Berlin et Varsovie plaident pour une Europe unie, les menaces de Trump “dans tous les esprits”

Ils “n’ont pas mentionné Donald Trump, mais ses efforts pour saper l’Otan ont plané sur leurs réunions”, résume Politico Europe. Le candidat à la présidentielle américaine “et le président russe Vladimir Poutine étaient dans tous les esprits”, lundi 12 février, tandis que se rencontraient à l’extérieur de Paris les ministres des Affaires étrangères de la France, de l’Allemagne et de la Pologne, afin de définir des domaines d’action communs.

Au château de La Celle-Saint-Cloud, Stéphane Séjourné, Annalena Baerbock et Radoslaw Sikorski ont notamment annoncé un mécanisme commun pour lutter contre la désinformation russe, retient la Deutsche Welle. “La Russie tente de détruire l’unité européenne”, a expliqué Stéphane Sejourné, ajoutant que près de 200 sites de fausses nouvelles avaient été découverts. “Il s’agit d’attaques contre notre démocratie”, a déclaré Annalena Baerbock, ajoutant que l’Union européenne ne pouvait pas permettre que la confiance des citoyens soit ébranlée.

Alors qu’à Washington “l’impasse partisane met en péril l’aide militaire cruciale apportée à l’Ukraine”, comme le rappelle Politico, les ministres ont aussi réitéré leur soutien à Kiev. “Il ne faut pas permettre à Poutine de gagner cette guerre. Nous devons remplir nos engagements envers l’Ukraine”, a déclaré Radoslaw Sikorski à l’issue de ce rendez-vous tripartite. “Si [le président russe, Vladimir] Poutine, pense que notre force diminue et que notre soutien s’amenuise, il se trompe complètement”, a insisté Annalena Baerbock.

Les trois chefs de la diplomatie ont également plaidé pour une Europe unie, quelques jours “après que Donald Trump a mis le feu aux poudres parmi les alliés des États-Unis en déclarant [lors d’un meeting samedi] qu’il ‘encouragerait’ la Russie à envahir les pays de [l’Alliance atlantique] qui sont ‘en retard’ sur leur budget de défense”, retrace Politico.

Mme Baerbock a ainsi déclaré que l’Allemagne, la France et la Pologne souhaitaient progresser dans la mise en place d’une architecture européenne unifiée de défense et de sécurité, relate la Deutsche Welle.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :