Paris et Berlin souhaitent un accord d'ici fin avril sur le projet d'avion de combat européen SCAF

par Tangi Salaün
·2 min de lecture
PARIS ET BERLIN SOUHAITENT UN ACCORD D'ICI FIN AVRIL SUR LE PROJET D'AVION DE COMBAT EUROPÉEN SCAF

par Tangi Salaün

PARIS (Reuters) - Paris et Berlin souhaitent parvenir à un accord d'ici la fin avril sur le projet d'avion de combat européen SCAF, a déclaré mardi la ministre française des Armées, Florence Parly, à l'issue d'un entretien avec son homologue allemande Annegret Kramp-Karrenbauer.

Après des négociations tendues, Dassault Aviation et Airbus ont surmonté leurs divergences au début du mois pour soumettre à la France, l'Allemagne et l'Espagne, les trois Etats impliqués, une proposition en vue de la construction d'un démonstrateur du futur avion de combat.

Mais des divergences persistent sur la construction du moteur et sur les droits de propriété intellectuelle pour parvenir à un accord viable et pérenne, a précisé Annegret Kramp-Karrenbauer.

"Nous pensons toutes les deux la même chose: il nous faut un accord avant la fin du mois d'avril", a déclaré Florence Parly pendant une conférence de presse conjointe.

"Nous avons l'intention d'être au rendez-vous (...) Il y a encore des discussions ici ou là, mais nous essayons de les surmonter étape après étape, pas à pas, dans un climat de confiance et de respect mutuels", a poursuivi la ministre.

Annegret Kramp-Karrenbauer a pressé les industriels de surmonter leurs divergences et de soumettre aux Etats des propositions "dans les prochains jours" pour respecter un calendrier contraint par les élections législatives en Allemagne en septembre.

"Le SCAF est un projet technologique ambitieux. Ce n'est pas seulement une question de volonté politique, mais aussi d'une coopération très concrète entre les entreprises allemandes, françaises et espagnoles (...) C'est par le dialogue que nous parviendrons à un accord et à une solution pérenne", a-t-elle souligné.

"La France et l'Allemagne travaillent main dans la main à la réussite de ce projet, (...) presque jour et nuit. Et nous ne voulons pas que le SCAF soit repoussé de plusieurs mois parce que nous ne pouvons pas entamer les débats parlementaires à temps", a insisté Annegret Kramp-Karrenbauer.

D'un coût estimé à 100 milliards d'euros, le projet de Système de combat aérien du futur (SCAF), dont fait partie l'avion de combat, est considéré comme un des piliers de la politique de défense européenne souhaitée par Paris.

Le président Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel ont lancé le projet en 2017 à un moment où l'Union européenne était fragilisée par la décision des Britanniques de quitter le bloc communautaire et par la crise des migrants.

Mais au lieu de resserrer les rangs, le SCAF a attisé les tensions entre la France et l'Allemagne, sur fond d'approches divergentes, et de rivalités entre constructeurs, selon des sources sécuritaires et industrielles.

(Avec Sabine Siebold à Berlin, édité par Jean-Michel Bélot et Jean-Stéphane Brosse)