Publicité

Des parents se voient refuser le prénom de leur bébé pour une raison inattendue

Le 15 décembre 2022, Lissandre et Émilie Varenne ont agrandi leur famille en accueillant un petit garçon prénommé Artús. Mais ce bonheur a rapidement été gâché. Pour cause, la mairie de Mende (Lozère), où l'enfant est né, a catégoriquement rejeté ce prénom régional. La raison de ce refus ? La présence de l'accent occitan. "C'est quelque chose qui ne passe pas, on le vit comme une discrimination culturelle" a confié le père de famille à nos confrères de Midi Libre. Depuis cette décision, les parents ne décolèrent pas. Le couple, domicilié à Châteauneuf-de-Randon, compte bien se battre pour que cette orthographe soit finalement autorisée.

L'état civil s'est pourtant appuyé sur une circulaire datant du 23 juillet 2014. Celle-ci stipule qu'il n'est plus possible d'utiliser des lettres diacritiques dans les prénoms. Autrement dit, des accents qui n'appartiennent plus à la langue française. "Je crois que cette loi a été faite pour lutter contre l'anglais, mais divers gouvernements se sont appuyés sur cette loi pour lutter de manière drastique contre les langues régionales. Pourtant, depuis 2008, l'article 75-1 de la Constitution française indique que les langues régionales appartiennent au patrimoine français. C'est visiblement quelque chose que l'État oublie constamment" a déploré Lissandre.

Ils sollicitent les élus pour faire accepter le prénom de leur fils

En attendant d'obtenir gain de cause, Lissandre et Émilie ont baptisé leur enfant (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Son père va épouser sa maîtresse il accepte d'être le témoin mais se sent coupable
TÉMOIGNAGE Mon prénom est en voie de disparition mais j'en suis fier
Yvelines : il se rend à un rendez-vous extraconjugal, pour son plus grand malheur
Alors qu'il fait voler son drone, un détail attire son attention et lui permet de sauver des centaines de personnes
Accusé d'avoir violé une amie, il n'est ni acquitté ni condamné à cause de son trouble hors du commun