Publicité

Ce « parc à thème » Willy Wonka à 40 euros l’entrée a fait pleurer les enfants et on les comprend

Stuart Sinclair
Stuart Sinclair

ÉCOSSE - Les Oompa Loompas l’ont aussi en travers de la gorge. Annoncé comme une « célébration du chocolat sous toutes ses formes », le parc à thème sur l’univers de Willy Wonka n’a pas su convaincre. Et pour cause, les organisateurs l’ont fermé dès le samedi 4 février, son premier jour. Le rêve a pris fin quand la police écossaise a débarqué suite à de nombreuses plaintes des familles en colère.

L’IA de Google « Gemini » prend mieux en compte la diversité, mais cela pose un problème

La promesse était simple : une activité en famille qui prend place dans l’univers du film Wonka avec Timothée Chalamet. Au lieu d’avoir des cannes à sucre géantes et des rivières de chocolats, ils ont trouvé un entrepôt à moitié vide avec quelques décorations en plastique et un petit château gonflable.

Ils ont décrit l’événement comme étant une « farce » et ont demandé que les tickets à 40,90 euros leurs soient remboursés. Stuart Sinclair, un visiteur qui a voyagé deux heures avec ses deux fils et sa fille, a expliqué sur sa page Facebook que « les enfants ont reçu deux petits sachets de bonbons et un quart de canette de limonade ». De quoi ajouter une couche à la déception des enfants.

« Une journée très stressante et frustrante »

House of Illuminati, l’entreprise qui s’occupe de cette expérience immersive, s’est excusée de cette « journée très stressante et frustrante ». « Nous eu de nombreuses annulations de prestataires à la dernière minute mais nous avons fait de notre mieux pour aller jusqu’au bout. Nous réalisons maintenant que nous aurions probablement dû annuler l’événement à la première heure ». La société a également annoncé qu’elle rembourserai les clients.

À voir également sur Le HuffPost :

« Quotidien » : Timothée Chalamet veut voir les buts de l’AS Saint-Étienne en Ligue 2 « un peu plus vite »

Le chien de Joe Biden, banni de la Maison Blanche, est responsable de plus d’incidents que ce qu’on croyait