Le paracétamol dangereux pour les femmes enceintes ?

·1 min de lecture
Pregnancy medicines. Expectant woman holding pill and glass of water, sitting on bed, top view

Les enfants exposés au paracétamol avant la naissance étaient 21% plus susceptibles de développer des symptômes de TDAH.

Une étude épidémiologique, portant sur plus de 70 000 enfants dans six cohortes européennes, a établi un lien entre les symptômes du trouble déficitaire de l'attention/hyperactivité (TDAH) et des troubles du spectre autistique (ASC) à l'utilisation par les mères de paracétamol pendant la grossesse. Cette étude a été menée par l’Institut de Barcelone pour la santé mondiale et les conclusions ont été publiées dans le European Journal of Epidemiology.

Selon la cohorte, entre 14% et 56% des mères ont déclaré avoir pris du paracétamol pendant leur grossesse. L'étude a révélé que les enfants exposés au paracétamol avant la naissance étaient 19% plus susceptibles de développer des symptômes de l'ASC et 21% plus susceptibles de développer des symptômes de TDAH que les enfants non exposés. "Nos résultats sont cohérents avec les recherches précédentes. Nous avons également constaté que l'exposition prénatale au paracétamol affecte les garçons et les filles de la même manière, car nous n'avons observé pratiquement aucune différence", a expliqué Sílvia Alemany, chercheuse à ISGlobal, auteur principal de l'étude.

VIDÉO - Paracétamol, statines... Ce qu'il faut savoir sur les médicaments qui font polémique

À utiliser en cas de nécessité

"Compte tenu de toutes les preuves sur l'utilisation du paracétamol et le développement neurologique, nous sommes d'accord avec les recommandations précédentes indiquant que si le paracétamol ne doit pas être supprimé chez les femmes enceintes ou les enfants, il ne doit être utilisé que lorsque cela est nécessaire", recommande Jordi Sunyer, chercheur à ISGlobal. Les données assurent qu’entre 46 et 56% des femmes enceintes des pays développés ont recours au paracétamol pendant la grossesse. Ce médicament est d’ailleurs considéré comme l’analgésique le plus sûr pour les femmes enceintes et les enfants.

Dans cette nouvelle étude, "un effort a été fait pour harmoniser l'évaluation des symptômes du TDAH et de l'ASC et la définition de l'exposition au paracétamol", précisent les auteurs. Et d’ajouter : "Nous avons également utilisé les mêmes critères pour toutes les cohortes, réduisant ainsi le l'hétérogénéité des critères qui a entravé les études précédentes".

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles