Publicité

Papillomavirus : "Ça a commencé par un problème anodin à l'oreille. C'était en fait un cancer de la langue"

Les cancers liés au papillomavirus ne touchent pas que les femmes. Les hommes sont eux aussi concernés, généralement par des cancers ORL induits par ce virus.

Le papillomavirus ou HPV est une maladie transmise sexuellement par contact direct avec la peau ou les muqueuses (Getty Images)

Si on parle plus souvent des femmes comme victimes du papillomavirus, les hommes ne sont pas épargnés. France 3 Toulouse a recueilli le témoignage de Fabien qui en a été victime. Cet homme a dû subir huit chimiothérapies et trente-cinq radiothérapies pour venir à bout de son cancer de la langue, cancer lié au papillomavirus. Au début, il a été alerté par de légers symptômes : "J’ai eu un petit problème à l’oreille, un problème de voix, une extinction de voix qui ne partait pas, j'ai consulté un ORL, c'était une tumeur à la langue".

Le papillomavirus ou HPV est une maladie transmise sexuellement par contact direct avec la peau ou les muqueuses. "Le cancer de l’utérus est attribuable à 95-100% à une infection durable par le papillomavirus (HPV pour Human PapillomaVirus)", rapporte l'Institut Pasteur. Les scientifiques ont identifié une vingtaine de papillomavirus humains (HPV) à l’origine du cancer du col de l’utérus. "Les plus fréquemment en cause sont le HPV16 et le HPV18, provoquant à eux deux environ 70% des cas. 90% des infections par le HPV sont de courte durée, les défenses immunitaires de l’organisme permettant d’éliminer le virus dans les 2 ans suivant la contamination".

Un vaccin existe

Aujourd'hui, la vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) permet de prévenir les infections par les papillomavirus les plus fréquents, responsables, chez la femme, de 70 à 90 % des cancers du col de l’utérus. Le vaccin est recommandé pour les jeunes filles et les garçons âgés de 11 à 14 ans.

Comme le rappelle Ameli Santé, le vaccin est plus efficace avant l'exposition au risque d'infection par le HPV. En rattrapage, le vaccin est recommandé pour les personnes des deux sexes de 15 à 19 ans révolus non encore vaccinées. "Évidemment, j'invite à se vacciner au plus vite. On peut soigner cette maladie. Et on peut éviter d’en mourir tout simplement", recommande Franck Soubielle.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Le papillomavirus est, dans le cas des MST, un virus redoutable pour le petit garçon comme pour la petite fille"