Pandémie. Au Royaume-Uni, les écoles de langue victimes des restrictions de voyage

Financial Times (Londres)
·2 min de lecture

Jusqu’en mars dernier, les écoles de langue britanniques accueillaient chaque année 550 000 étudiants désireux de perfectionner leur anglais. Depuis le début de la pandémie, elles sont des dizaines à avoir mis la clé sous la porte.

Plus de cinquante écoles de langue britanniques ont fermé leurs portes en 2020 et les perspectives restent sombres pour la plupart de celles qui n’ont pas encore déposé leur bilan, alerte le Financial Times.

Du fait de leur statut d’établissements d’enseignement privés, la plupart des English language teaching centres (ELT, centres d’enseignement de la langue anglaise) n’ont pu jusqu’à présent bénéficier d’aucune des mesures de soutien mises en œuvre par le gouvernement de Boris Johnson : ni des allégements de charges accordé aux entreprises ni des subventions d’urgence destinées au secteur du tourisme et des loisirs.

À lire aussi: Royaume-Uni. Brexit : les expats européens sur la sellette

Pas seulement des emplois en jeu

Or les enjeux sont de taille. En temps normal, pas moins de 550 000 élèves de tous âges et de toutes nationalités – parmi lesquels beaucoup de ressortissants européens – fréquentent chaque année ces établissements. Entre frais de scolarité, frais d’hébergement dans les familles d’accueil et dépenses diverses, ils contribuent pour environ 1,4 milliard de livres sterling par an à l’économie britannique, estime English UK, une association qui représente plus de quatre cents écoles.

Si ces établissements font faillite, ce ne sont pas seulement des emplois qui disparaîtront, mais aussi de nombreuses opportunités de “tisser des liens pour la vie”, selon les termes d’une directrice d’école. Sans compter “la tradition vieille de plusieurs décennies qui permettait à des adolescents du monde entier d’apprendre l’anglais sur place avant de revenir poursuivre

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :