Publicité

Très prisé au petit-déjeuner, le pamplemousse peut être un danger pour votre santé

Riche en vitamines, en antioxydants et en minéraux , le pamplemousse peut avoir des effets graves, parfois mortels, lorsqu’il est consommé en combinaison de certains médicaments. Explications.

Consommé par beaucoup au petit-déjeuner, le pamplemousse est l’un des fruits stars des jus pressés. Pour autant, bien qu’il regorge de vitamine C et A, d’antioxydants et de minéraux, il peut s’avérer très dangereux pour la santé dans certaines circonstances. Comme le rappellent de nombreux professionnels de santé, cet agrume est à bannir s’il est consommé en parallèle de la prise de certains médicaments.

Concrètement, comme l’indique le réseau français des centres régionaux de pharmacovigilance, le pamplemousse est un inhibiteur enzymatique. Cela signifie qu’il agit sur certaines enzymes du corps humain qui permettent de métaboliser les médicaments au niveau de l’intestin et au niveau du foie.

Une fois inhibées, ces enzymes ne sont plus capables de transformer le médicament en vue de son élimination, qui se retrouve alors en plus grande quantité dans le sang. Cette accumulation peut entraîner un surdosage et donc des effets indésirables plus ou moins graves en fonction du médicament et des personnes.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Attention, les carences en vitamine D ce sont des cancers graves et de l'ostéoporose"

Les effets peuvent persister pendant trois jours

À noter qu’une quantité aussi minime qu'un verre de jus de pamplemousse (250 ml) peut entraîner une hausse de la concentration de médicament dans le sang, et les effets peuvent persister durant trois jours ou davantage. Ainsi, même si l'on boit le jus le matin et que l'on ne prend son médicament qu'avant l'heure du coucher, la concentration de médicament dans le sang peut être modifiée.

À LIRE AUSSI >> Pourquoi le pamplemousse est-il notre allié au quotidien ?

Les autorités sanitaires déconseillent de consommer du pamplemousse avec certains médicaments contre le cholestérol (atorvastatine, simvastatine) ; les immunosuppresseurs ou médicaments anti-rejet prescrits après une greffe (ciclosporine, tacrolimus, sirolimus, everolimus, temsirolimus) ; certains médicaments de cardiologie (lercanidipine, dronédarone, ivabradine, aliskiren, vérapamil, ticagrélor) ; certains antidépresseurs (sertraline) ou anxiolytiques (buspirone). Mais aussi avec certains médicaments anti-cancéreux (régorafénib) ; certains médicaments des troubles de l’érection (avanafil, vardénafil) ou encore avec la carbamazépine (anti-épileptique pouvant être utilisé dans le traitement des névralgies faciales ou du trouble bipolaire) et l’halofantrine (médicament contre le paludisme).

En cas de doute, il est fortement recommandé d’en toucher un mot à son médecin traitant ou de bien lire correctement la notice du médicament concerné.

VIDÉO - Zéro déchet: comment utiliser un agrume sans rien jeter