Publicité

Pakistan : à l'approche des élections, un père tue son fils qui ne soutenait pas le même parti politique

Le père aurait tiré au pistolet sur son fils de 31 ans, après que ce dernier a arboré le drapeau du parti politique de l'ancien Premier ministre, sur la façade de leur maison.

Un père a tué son fils qui ne soutenait pas le même parti politique que lui, près de Peshawar dans le nord-ouest du Pakistan, à quelques semaines des élections générales dans le pays, a annoncé, ce mardi 23 janvier, la police locale.

Le fils, récemment rentré du Qatar où il travaillait, a voulu arborer le drapeau du Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI), le parti de l'ancien Premier ministre Imran Khan, sur la façade de la maison familiale dans la province du Khyber Pakhtunkhwa.

"Le père lui a interdit de déployer le drapeau du PTI devant la maison, mais le fils a refusé de l'enlever et d'abandonner le PTI", a indiqué à l'AFP un responsable de la police locale, Naseer Farid.

"La dispute s'est envenimée et, dans un accès de rage, le père a tiré au pistolet sur son fils de 31 ans, avant de s'enfuir de la maison", a-t-il ajouté. Le fils est décédé sur le chemin de l'hôpital.

Le père recherché par les autorités

La police est à la recherche du père, un partisan de l'Awami National Party, parti nationaliste pachtoune.

Les campagnes électorales au Pakistan sont généralement marquées par des épisodes de violence. De nombreux candidats et électeurs ont par le passé été visés par des attaques armées et des attentats à la bombe commis par des insurgés islamistes.

Les élections du 8 février devraient se dérouler sans Imran Khan, qui a été chassé du pouvoir par une motion de censure en avril 2022. Même s'il reste l'homme politique le plus populaire du pays, il est incarcéré depuis août, doit faire face à une multitude d'accusations et a été déclaré inéligible pour cinq ans.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Afshan Riaz, franco-pakistanaise mariée de force : “Le patriarcal, la misogynie, la violence sont les dérives de notre culture”