Publicité

P. Diddy accusé de viol, plusieurs de ses résidences perquisitionnées par la police

JUSTICE - P. Diddy est dans le viseur des fédéraux. Ce lundi 25 mars, des perquisitions ont été menées dans les résidences de luxe du célèbre rappeur américain Sean Combs, plus familièrement appelé P. Diddy. Des agents fédéraux sont entrés dans ses propriétés situées tant sur la côte est que sur la côte ouest des États-Unis, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Jamie Foxx, Axl Rose ou encore P. Diddy rattrapés par des accusations en raison d’une loi new yorkaise

Les autorités ont agi de concert avec le bureau d’enquête du département de la Sécurité intérieure de New York, ainsi que les forces de l’ordre locales à Los Angeles et à Miami. Une source proche du dossier a confirmé à l’AFP que Sean Combs était la cible de ces perquisitions.

Bien que les motifs de ces actions n’aient pas été divulgués par les enquêteurs, ces perquisitions s’inscrivent dans un contexte judiciaire délicat pour le rappeur, qui fait face à plusieurs plaintes pour viol et agressions sexuelles, dont certaines remontent à plusieurs décennies.

Plusieurs plaintes pour viols à l’encontre de P. Diddy

Depuis novembre 2023, plusieurs femmes ont déposé des plaintes contre P. Diddy. Parmi elles, son ancienne compagne Cassandra Ventura, alias Cassie, l’accuse de viols et de violences physiques. Dans sa plainte, la chanteuse dénonce un « comportement violent » et « des exigences déviantes » durant « plus d’une décennie ». Elle affirmait avoir été battue à maintes reprises, et forcée à des relations sexuelles filmées avec des escort boys.

Deux autres femmes ont également déposé plainte, dénonçant des comportements violents à leur encontre, l’une d’entre elles s’exprimant à visage découvert. Cette plaignante assure que le rappeur a filmé la scène et a diffusé la vidéo dans un acte de « revenge porn », une pratique visant à publier publiquement des images sexuelles généralement non consenties dans le but de se venger.

En décembre 2023, une plainte civile déposée à New York l’accusait également d’un viol en réunion sur une mineure de 17 ans en 2003. Le rappeur alors âgé de 33 ans au moment des faits, aurait contraint l’adolescente à boire et l’aurait droguée avant de l’obliger à des relations sexuelles aux côtés du président de sa maison de production Bad Boy Records, Harve Pierre, et d’un troisième individu. Des accusations que le rappeur nie catégoriquement.

Pour l’avocat des plaignantes, c’est « le début d’un processus »

Douglas Wigdor, un avocat qui représente deux des femmes accusant Sean Combs, a déclaré lundi à l’AFP espère que ce soit « le début d’un processus qui tiendra monsieur Combs responsable de sa conduite dépravée ».

Figure majeure du rap, P. Diddy avait fondé le label Bad Boy Records en 1993, contribuant à la gloire et la renommée de la scène hip-hop. Avec cette maison de production, il a notamment produit les artistes Notorious B.I.G., décédé en 1997, et Mary J. Blige. Le rappeur s’est élevé au rang de milliardaire, en investissant au-delà de la musique dans la mode et les boissons alcoolisées.

À voir également sur Le HuffPost :

L’influenceur AD Laurent réagit à la plainte pour viol contre lui : « C’est un sketch ou je rêve ? »

Kesha change le début de son tube « Tik Tok », après les accusations de Cassie contre P. Diddy