<p>Dans les archives de Match</p> - Kadhafi, les dernières heures d'un tyran

·2 min de lecture

Il y a dix ans, Mouammar Kadhafi était capturé, lynché et exécuté, emporté par le soulèvement de son peuple pour mettre fin à son règne de terreur... Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers les archives de Paris Match.

Le 20 octobre 2011, après 42 ans d’un règne sanglant sur la Libye, Mouammar Kadhafi était emporté par le rage de son peuple. Confronté, dans le sillage du Printemps arabe, à un soulèvement transformé en conflit armé, le "Guide" avait fui la capitale Tripoli en août, pour se réfugier près de Syrte, sa région d'origine, dans le nord du pays. Traqué jusque dans son fief, piégé par une embuscade des rebelles avec le soutien aérien de l’Otan, Mouammar Kadhafi avait été capturé alors qu’il se terrait dans une buse d'évacuation d’eau. Kadhafi avait été lynché et exécuté le jour même, avant que son corps ne soit exposé dans un marché.

Envoyé spécial à Syrte et à Misrata, notre reporter Alfred de Montesquiou avait raconté ses dernières heures. Pour sa couverture de la révolution libyenne, Alfred de Montesquiou avait remporté le prestigieux prix Albert Londres en 2012. À ses côtés, notre photographe Alvaro Canovas avait été blessé à Tripoli, en septembre 2011. Rémi Ochlik, dont les photos illustrent ce reportage consacré à la mort de Kadhafi, a été tué par le régime syrien le 22 février 2012 à Homs.

Voici le reportage consacré aux dernières heures de Mouammar Kadhafi, tel que publié dans Paris Match en 2011.

Découvrez Rétro Match, l'actualité à travers les archives de Match...

Paris Match n°3258, 27 octobre 2011

Kadhafi, mort d'un tyran

De notre envoyé spécial à Syrte et à Misrata, Alfred de Montesquiou

Enfin ! Jeudi 20 octobre, huit mois après le début des émeutes et de leur répression à l’arme lourde, Syrte, la ville natale de Kadhafi, est tombé. C’était l’ultime bastion des loyalistes. Le dictateur s’y était réfugié avec ses fidèles à la fin août quand Tripoli, la capitale, était passé aux mains des « thuwars » (les(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles