Une pétition demande la liberté pour Valérie Bacot, accusée d'avoir tué son mari violent

Céline Hussonnois-Alaya
·3 min de lecture

Elle risque la prison à perpétuité pour avoir tué son beau-père incestueux devenu mari violent. Son comité de soutien a lancé une pétition.

Une nouvelle affaire Jacqueline Sauvage ? Depuis plusieurs jours, une pétition suscite l'émotion sur les réseaux sociaux. Intitulée "Liberté pour Valérie Bacot!" et relayée par la plateforme Change, elle a réuni plus de 70.000 signatures et compte notamment le soutien de Najat Vallaud-Belkacem, l'ancienne ministre des Droits des femmes puis de l'Éduation nationale durant la présidence de François Hollande, qui avait accordé sa grâce à Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son mari violent.

Valérie Bacot est accusée d'avoir tué son mari, Daniel Polette, après des années de violences verbales, physiques et sexuelles. Selon son comité de soutien, l'homme l'aurait également obligée à se prostituer. Il allait jusqu'à lui donner des instructions dans une oreillette. C'est d'ailleurs dans le véhicule aménagé pour cette activité que Valérie Bacot le tue en 2016 par arme à feu - il les collectionnait, relate France 3 Bourgogne-Franche-Comté - après une passe violente.

Ses deux fils ainsi que le petit-ami de sa fille l'aideront à enterrer le corps, qui ne sera découvert qu'un an plus tard. Les trois garçons, mineurs au moment des faits, ont été condamnés à des peines de six mois de prison avec sursis pour recel de cadavre.

En réalité, les violences remonteraient à l'enfance. Car le mari de Valérie Bacot n'était autre que son beau-père incestueux. Il a d'ailleurs été condamné en 1995 à quatre ans de prison pour des viols subis lorsqu'elle était enfant. Mais lorsqu'il est libéré après deux ans et demi derrière les barreaux, il retourne vivre au domicile de la mère de Valérie Bacot. Les violences auraient alors repris.

"Tout le monde savait"

À l'âge de 17 ans, Valérie Bacot tombe enceinte de son beau-père. Sa mère la rejette. Sous emprise et n'ayant plus de contact avec son père, elle n'a d'autre choix que de suivre Daniel Polette. Ils auront quatre enfants.

"Tout le monde savait, raconte Valérie Bacot sur le site du comité de soutien. Tout le monde se doutait. Beaucoup de gens avaient leur petite idée de ce qui pouvait m'arriver dans l'intimité du foyer. Les coups, la violence banalisée, les humiliations quotidiennes… Tous les invariables de cette vie qui n'en est pas vraiment une."

Valérie Bacot et ses enfants "tenteront par deux fois d'alerter la gendarmerie sur la situation de la famille, sans être jamais entendus", rapporte encore son comité de soutien qui assure qu'elle a agi "sans préméditation" après une passe violente, "poussée à bout par la peur, la violence physique et les menaces quotidiennes".

Après avoir passé un an en détention, Valérie Bacot est aujourd'hui en liberté sous contrôle judiciaire. Elle est défendue par les mêmes avocates que Jacqueline Sauvage. Son procès doit se tenir en juin prochain. Elle risque la prison à perpétuité.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :