Publicité

"Le pétard a le goût du sang séché" : pour Dupond-Moretti, le trafic de drogue est "l'affaire de tout le monde"

Le ministre de la Justice estime que la lutte contre les trafics de drogues passe également par les consommateurs.

"Celui qui fume son petit pétard le samedi, ce pétard-là voyez, il a le goût du sang séché sur les trottoirs." Invité de BFMTV-RMC, Éric Dupond-Moretti estime ce mercredi 20 mars que la lutte contre les trafics de drogues est "l'affaire de tout le monde".

Autrement dit, "pas uniquement des policiers, des douaniers, des gendarmes, des magistrats, des greffiers", mais aussi des consommateurs.

"Si les gens se tuent, si les gens trafiquent, c’est parce qu’il y a quelques bobos, quelques petits bourgeois, quelques gens qui de façon totalement inconsciente pensent qu’ils ont le droit de fumer du shit le samedi soir", souligne le ministre de la Justice.

Une "grande loi sur les repentis"

Au cours de son interview à BFMTV-RMC, le garde des Sceaux a indiqué que le gouvernement préparait une "grande loi sur les repentis". "On interpelle des gros bonnets, mais il faut inciter les gens à dénoncer et dire les choses. Pour ça, il faut qu'ils soient protégés quand ils le font", a-t-il expliqué.

La veille, Éric Dupond-Moretti était en déplacement à Marseille aux côtés de son homologue de l'Intérieur, Gérald Darmanin, de la secrétaire d'État Sabrina Agresti-Roubache, mais surtout d'Emmanuel Macron, qui n'avait pas annoncé sa venue.

Présent dans la cité phocéenne au deuxième jour de la mise en place d'une opération "Place nette XXL" de lutte contre les trafics de drogues, le président de la République a fait part de "plus de 82 interpellations et une soixantaine de gardes à vue" depuis lundi 18 mars. "Oui, la drogue est notre ennemie", a-t-il insisté, promettant de mettre en place de nouveaux dispositifs pour "rendre la vie impossible aux consommateurs, rendre la vie impossible aux familles des plus jeunes qui servent de guetteurs".

Article original publié sur BFMTV.com