Le Pérou frappé par la marée noire, « l’urgence environnementale » décrétée

·1 min de lecture
Les autorités sanitaires nettoient les côtes péruviennes envahies par la marée noire, à Lima, le 22 janvier 2022.
Les autorités sanitaires nettoient les côtes péruviennes envahies par la marée noire, à Lima, le 22 janvier 2022.

Le Pérou est très inquiet. Des nappes de pétrole ont touché les côtes du pays à la suite d'un déversement en mer. Face au danger que représente cette pollution, le gouvernement péruvien a annoncé samedi une « urgence environnementale » de 90 jours pour la zone côtière endommagée par le déversement de 6 000 barils de pétrole brut il y a une semaine. Grâce à cette mesure, les autorités prévoient une « gestion durable des zones touchées », avec des « travaux de récupération et d'assainissement » pour atténuer les conséquences de cette catastrophe.

Les côtes péruviennes au nord de Lima ont été souillées par du pétrole qui s'est répandu en mer lors d'un déchargement de pétrole brut d'un tanker à la raffinerie de La Pampilla, propriété de la compagnie espagnole Repsol, dans la région de Lima.

Selon la raffinerie, l'accident, qui a eu lieu le 15 janvier, a été provoqué par une violente houle, consécutive à l'éruption volcanique aux Tonga. Le tanker, le Mare Doricum, battant pavillon italien, était chargé de 965 000 barils de pétrole brut.

L'écosystème marin en danger

Pour le ministère péruvien de l'Environnement, la déclaration d'urgence est justifiée par le fait que la marée noire « constitue un événement soudain ayant un impact important sur l'écosystème marin côtier d'une grande diversité biologique » et représente un « risque élevé pour la santé publique ». Cette déclaration indique que Repsol est chargée de mettre en œuvre le plan d'action immédiat et à court te [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles