Pécresse menacée par le président de l'Azerbaïdjan : la droite parlementaire réclame l'intervention de Macron

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Valérie Pécresse
    Femme politique française

Dans une lettre adressée à Emmanuel Macron , les chefs de fils parlementaires des Républicains (LR) - le député Damien Abad, le sénateur Bruno Retailleau et le député européen François-Xavier Bellamy - demandent au Président d'exiger, au nom de la France, des excuses du président de l'Azerbaïdjan, Ilham Aliev, à Valérie Pécresse après ses "propos scandaleux", le 12 janvier dernier, après la visite en Arménie de la candidate LR à l'élection présidentielle. "Si nous avions été au courant de la dernière visite illégale de Valérie Pécresse, nous ne l'aurions pas laissé repartir", avait en effet déclaré le chef d'Etat. Voici leur lettre : 

"Monsieur le Président de la République,

Le 12 janvier dernier, suite au déplacement de Valérie Pécresse en Arménie, le Président de l'Azerbaïdjan, Ilham Aliev, a fait cette déclaration : 'Si nous avions été au courant de la dernière visite illégale de Valérie Pécresse, nous ne l'aurions pas laissé repartir.' Ces propos scandaleux ne peuvent rester sans réponse de la France.

Car non seulement cette déclaration vaut appel à la haine contre une responsable publique française, Présidente de Région et candidate à l'élection présidentielle, mais elle constitue une menace à peine voilée contre notre nation, son gouvernement et ses représentants, compte tenu des liens qui unissent notre pays à l'Arménie.

Monsieur le Président de la République, pouvons-nous tolérer qu'un gouvernement étranger interdise aux élus de la nation française de se rendre sur un...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles