Publicité

Un Père Noël venu des Vosges va être accueilli comme une star en Chine

Maman, le Père Noël prend l’avion! 1m80, les yeux marron, né à Gérardmer le 19 mars 1952, Alain Jean Émile Santa Claus est le Père Noël des Vosges. Muni de son "Santa Claus passeport", il s’est envolé, ce mardi 28 novembre, en direction du "plus grand centre commercial du monde" dans la ville de Chengdu en Chine, indique France 3.

Véritable star pour la population chinoise, cela fait dix ans qu’il se rend chaque année dans le pays pour partager l’esprit de Noël.

Une figure sacrée en Chine

Très attendu, le Père Noël des Vosges est toujours reçu à la manière d’un chef d'État. "J’ai des gardes du corps, un attaché de communication, deux interprètes. Les gens n’ont pas le droit de m’approcher, sauf dans ma maison de Père Noël, dans l'hôtel, où là il y a un service de sécurité", explique le Père Noël à BFMTV.

"Je me suis déjà retrouvé dans des situations où tout le monde voulait me toucher, voulait me voir, voulait me prendre en photo", raconte-t-il.

Selon CLI, le centre d'études linguistiques et culturelles chinoises, basé dans la ville de Guilin, Noël est une fête de plus en plus populaire auprès des Chinois. Les restaurants et les centres commerciaux profitent de cette occasion pour décorer leurs enseignes et même proposer des soldes.

Bien que Noël soit une fête occidentale, les gens "s'offrent des petits cadeaux, certains achetant même de faux sapins de Noël pour décorer leur salon", indique CLI.

10.000 euros par mois pour deux heures de travail

Au programme: séance photo avec petits et grands, de 18 heures à 20 heures, dans le plus grand centre commercial du monde, "New Century Global Center”, précise France 3, dans la ville de Chengdu.

Deux heures de travail rémunérées 10.000 euros par mois. C'est ce que gagne Santa Claus durant son séjour en Chine. Seule obligation: porter sa tenue de Père Noël dès sa sortie de l'aéroport.

Le Père Noël bénéficie également d'une voiture personnelle pour ses déplacements, le plus souvent de collection ou empruntée à des musées. Cette année, c'est une Mercedes datant 1932, repeinte en rouge et agrémentée de flocons de neige, qui remplacera son traditionnel tréneau.

Après quatre années de pause liée à la crise sanitaire, le Père Noël remet le costume pour ramener la magie de Noël à la Chine. Un retour, qui a un goût un peu particulier selon lui.

"Ce n'est pas une appréhension, mais il y a quelque chose en plus des autres années", confie le Père Noël.

Article original publié sur BFMTV.com