Le Père Noël est une ordure (France 2) : titre original, refus de Gérard Jugnot... 6 anecdotes sur la comédie culte !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"C’est cela, oui ! C’est cela, oui, oui…"

Cette expression, rabâchée par l’inénarrable Pierre Mortez (Thierry Lhermitte), était un tic de langage propre à Georges Lambert, l’agent de la troupe du Splendid, le théâtre où la pièce fut jouée en 1979. En l’entendant, le réalisateur, Jean-Marie Poiré, décida de l’utiliser.

Les doubitchous

Ces spécialités fabriqués à la main et roulés sous les aisselles par monsieur Preskovitch (Bruno Moynot) sont une idée de Josiane Balasko : lors d’un voyage en Croatie, son père, Ivan Balaskovic, lui offrit des truffes locales totalement indigestes.

Josette

Ce personnage est issu de l'imagination de Thierry Lhermitte qui s'est inspiré d'une sans-abris qui vivait dans son quartier en amassant des bouteilles vides dans un caddie pour les revendre à un marchand spiritueux.

À lire également

Le Père Noël est une ordure (France 2) Les objets cultes du Père Noël

Le travesti

Katia le travesti devait à l'origine être incarné par Gérard Jugnot. Mais ce dernier refusa catégoriquement... de se raser la moustache ! Ce fut finalement Christian Clavier qui repris le rôle.

Un titre inoubliable

Si en 1981

Le Père Noël est une ordure Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles