Publicité

Un outil d’IA associe les empreintes digitales de différents doigts à la même personne

L’intelligence artificielle (IA) pourrait bien être sur le point de balayer une croyance populaire dans le domaine de la biométrie. Une étude de l’université Columbia fondée sur l’IA et publiée le 12 janvier dans la revue Science Advances indique qu’il pourrait exister des similitudes entre les empreintes de nos différents doigts.

L’idée que les empreintes digitales sont uniques et donc incomparables n’est d’ailleurs qu’une idée reçue qui n’a jamais été gravée dans le marbre, du moins pas pour la communauté scientifique. Mais, promettent les chercheurs, grâce à cet outil d’IA capable de déterminer si les empreintes de différents doigts proviennent d’une seule et même personne avec une “précision allant de 75 % à 90 %”, les enquêtes médico-légales pourraient gagner en efficacité, rapporte le site Internet de la BBC.

La biométrie traditionnelle des empreintes digitales, utilisée par la police scientifique depuis des décennies, n’est pour l’heure “pas en mesure de déterminer si les empreintes de deux scènes de crime [distinctes] sont liées et s’il s’agit de la même personne”, explique l’étude. Les chercheurs de Columbia ont testé une nouvelle méthode.

Un système fondé sur l’IA a été entraîné à “examiner 60 000 empreintes digitales [introduites par paires et provenant d’une base de données publique du gouvernement américain] pour voir s’il pouvait déterminer lesquelles appartenaient à la même personne”, détaille la BBC. Les deux échantillons composant chaque paire appartenaient parfois à la même personne (mais à des doigts différents) et parfois à des personnes différentes.

Les courbes et boucles du centre du doigt

Cette IA a analysé les différentes empreintes en examinant l’orientation des sillons au centre du doigt, “plutôt que sur leurs extrémités ou leurs points de jonction – ce qu’on appelle les ‘minuties’”. L’outil semble utiliser des données liées aux angles, aux courbes et aux boucles présentes au centre du doigt.

Selon les chercheurs, si leur hypothèse finale selon laquelle “il est possible d’établir une similitude entre les empreintes digitales d’une même personne” se révèle exacte, il serait “possible de réduire considérablement les listes de suspects” – en passant de 1 000 à 40.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :