Publicité

Oudéa-Castéra : Macron refuse de "juger les familles sur leur choix" de scolariser dans le privé

Le chef de l'État Emmanuel Macron s'est exprimé ce mardi 16 janvier sur la première polémique liée au récent remaniement.

Une réponse à la polémique Amélie Oudéa-Castéra. Interrogé ce mardi 16 janvier à l'occasion d'une conférence de presse à l'Élysée, Emmanuel Macron s'est refusé à juger les "familles sur leur choix individuel" de placer leur enfant dans le privé ou dans le public.

"C'est un choix privé", a avancé le président, appelant à "ne pas perdre le cap d'une éducation de grande qualité".

Il a alors récusé tout "conflit" entre école privée et publique. Plus tard, il a profité d'une autre question pour confirmer que sa ministre avait toute sa confiance, estimant avec "indulgence" qu'elle avait tenu un "propos maladroit", mais qu'"elle avait eu raison de s'excuser".

"J'ai plutôt de l'indulgence parce qu'il m'est arrivé d'avoir des propos au tout début de mes responsabilités politiques qui avaient blessé, tout particulièrement des femmes", a fait valoir le chef de l'État.

Une ministre fragilisée

La nouvelle ministre de l'Éducation nationale, des Sports, de la Jeunesse et des Jeux olympiques et paralympiques Amélie Oudéa-Castéra a décidé de placer ses trois enfants dans le privé. Elle a justifié cette décision par "un paquet d'heures" qui n'avaient pas été remplacées dans l'école publique.

Une justification qui a rapidement mis le feu aux poudres des oppositions aux syndicats de professeurs.

"Moi, je suis un enfant des deux écoles, comme disent les grands auteurs. J'ai été à la laïque et à l'école privée sous contrat, j'y ai vu des professeurs engagés à qui je dois beaucoup", a ajouté Emmanuel Macron depuis l'Élysée.

"La République est forte de tous ces systèmes. Ce qu'il faut, c'est engager tout le monde dans les mêmes exigences" mais "on ne juge pas les gens sur leurs choix individuels", a-t-il assuré.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "Je devais des excuses, [...] maintenant avançons": déclare Amélie Oudéa-Castéra à l'Assemblée