Publicité

Oscars 2024 : si « Anatomie d’une chute » se distingue, ce ne serait pas inédit, mais tout de même historique

Le film « Anatomie d’une chute » de Justine Triet pourrait entrer dans l’histoire aux Ocars 2024.
LES FILMS PELLÉAS /LES FILMS DE PIERRE Le film « Anatomie d’une chute » de Justine Triet pourrait entrer dans l’histoire aux Ocars 2024.

OSCARS - « Et le gagnant de l’Oscar du meilleur film est... » Anatomie d’une chute ? C’est une possibilité qui devient de plus en plus crédible à mesure que la 96e cérémonie des Oscars approche. Si d’aventure le film de Justine Triet avec Sandra Hüller était distingué ce dimanche 11 mars, ce serait historique. Anatomie d’une chute figurerait ainsi dans la très courte liste des films étrangers à avoir décroché la récompense ultime à Los Angeles.

« Anatomie d’une chute » : Swann Arlaud pense savoir pourquoi il est devenu un « sex-symbol » aux États-Unis

Le long métrage, qui vient déjà de remporter six statuettes lors de la cérémonie française des César 2024, pourrait en effet rejoindre les quelques œuvres étrangères qui se sont distinguées par le passé à Los Angeles.

Les exceptions qui ont remporté l’Oscar du meilleur film

Dans l’Histoire des Oscars, elles font figure d’exceptions. Il faut en effet attendre Hamlet de Laurence Olivier en 1949 pour qu’un film non-américain remporte le précieux prix. Par la suite, au fil des décennies, les films étrangers à remporter la statuette de meilleur film sont peu nombreux. Ceux qui ne sont ni américains ni britanniques se comptent même sur les doigts d’une main :

  • En 1988, le film Le Dernier Empereur - L’ultimo imperatore remporte l’Oscar du meilleur film, devant Liaison fatale. Le film de Bernardo Bertolucci tourné en langue anglaise suit le destin de Puyi, dernier empereur de Chine monté sur le trône au début du XXe siècle.

  • En 2004, le troisième et dernier volet de l’adaptation du Seigneur des Anneaux : le Retour du roi reçoit l’Oscar du Meilleur film. Le réalisateur néo-zélandais Peter Jackson clôt avec ce long-métrage dédié à l’œuvre de Tolkien un projet pharaonique de plusieurs années.

  • En 2010, coup de tonnerre : c’est The Artist qui remporte l’Oscar du meilleur film, une première pour un film français, et qui plus est en noir et blanc et muet. Pour ce film, Jean Dujardin obtient aussi l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle de George Valentin, et Michel Hazanavicius celui de meilleur réalisateur.

  • En 2019, la vague Parasite déferle sur les Oscars. Le film du réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho remporte quatre prix : meilleure réalisation, meilleur montage, meilleur film international et meilleur film. C’est la première fois dans l’histoire de la cérémonie qu’un film qui n’est pas tourné en langue anglaise remporte ce prix prestigieux.

Le phénomène Justine Triet

Lorsqu’on observe de plus près l’incroyable parcours d’Anatomie d’une chute, on finit par se dire que la réalisatrice a toutes les raisons d’y croire. Après avoir remporté la Palme d’or à Cannes, les cérémonies se sont succédé dans le monde entier, et ont presque toujours été auréolées de succès.

Aux Golden Globes en janvier dernier, cérémonie qu’on décrit souvent comme l’antichambre des Oscars, Justine Triet a fait mouche en remportant deux prix : celui du meilleur scénario et celui du meilleur film en langue étrangère. Au fil des mois, jamais elle n’est repartie d’une cérémonie les mains vides, amassant jusqu’à 6 statuettes aux César.

Si la réalisatrice était récompensée dans la catégorie meilleure réalisation, elle serait seulement la 4e femme à l’obtenir après Kathryn Bigelow, Chloé Zhao et Jane Campion. Si Anatomie d’une Chute remportait l’Oscar du meilleur film le 10 mars, il deviendrait donc le 2e film français primé, et le tout premier tourné (en partie) en langue française. Les dés sont jetés.

À voir également sur Le HuffPost :

Oscars 2024 : Emma Stone ne mériterait pas de gagner face à Lily Gladstone ? Sa carrière prouve le contraire

La sortie au cinéma du film « La Salle des profs » met en valeur des personnages qui sont tous des antihéros