D'où vient l'expression "couvre-feu" ?

Maxime Poul
·2 min de lecture
L'expression "couvre-feu" tient ses origines du Moyen-Âge.

À partir de ce samedi 24 octobre, 46 millions de Français devront respecter un couvre-feu entre 21 heures et 6 heures du matin pour lutter contre le coronavirus. Mais quelle est l’origine de ce terme ?

Si nous connaissions déjà tous sa signification, l’expression “couvre-feu” fait désormais partie du quotidien de plusieurs dizaines de millions de Français. Depuis l’interview télévisée d’Emmanuel Macron du 14 octobre, le terme est dans toutes les têtes et sur toutes les lèvres des citoyens français. Inutile donc de préciser qu’il s’agit d’une interdiction de circuler dans la rue, mais Yahoo Actualités vous propose de découvrir pourquoi on appelle cela un couvre-feu.

Pour éviter les incendies

Il s’agit d’une expression qui date du Moyen-Âge qui servait à prévenir des incendies. À cette époque où la plupart des maisons étaient en bois, il n’y avait ni chauffage central, ni chauffage électrique. Bien qu’imprudent, il était très tentant de laisser son feu allumer toute la nuit mais le risque était de voir son habitation brûler. C’est pourquoi une cloche sonnait chaque soir pour que les habitants couvrent leur feu avec un couvercle en fonte jusqu’au petit matin, et éteignent leurs bougies et lanternes. C’était la cloche du couvre-feu.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Au fil des siècles, l’expression s’est gardée mais a commencé à prendre un autre sens en temps de guerre. Cela signifiait qu’il fallait rentrer chez soi et éteindre les lumières afin qu’aucune lumière ne soit visible de l’extérieur.

De nos jours, les habitations n’étant plus en bois et plus chauffé par le feu, le couvre-feu n’est plus qu’une “mesure de police ou [un] ordre militaire interdisant temporairement de sortir des maisons”, souligne le Larousse.

Ce contenu peut également vous intéresser :