Publicité

OpenAI affirme que le New York Times a "piraté" ChatGPT

OpenAI affirme que le New York Times a "piraté" ChatGPT

Le fabricant de ChatGPT, OpenAI, a affirmé que le New York Times avait "payé quelqu'un pour pirater" ses produits afin de produire des preuves dans le cadre de l'action en justice intentée par le journal américain pour violation des droits d'auteur.

Cette affirmation émane des avocats de la société d'intelligence artificielle, qui ont répondu à l'action en justice, dans une requête déposée cette semaine et publiée dans son intégralité par Reuters et le New York Times.

Les avocats d'OpenAI déclarent, dans ce document, qu'il a fallu "des dizaines de milliers de tentatives pour générer les preuves de la plainte du journal" et que cela a été fait en "ciblant et en exploitant un bogue" que l'entreprise est en train de corriger.

"Même dans ce cas, ils ont dû fournir à l'outil des parties des articles dont ils cherchaient à obtenir des passages textuels, qui apparaissent pratiquement tous sur de nombreux sites web publics. Les gens normaux n'utilisent pas les produits d'OpenAI de cette manière", affirment les avocats.

Le New York Times a intenté une action en justice contre OpenAI et Microsoft pour "des milliards de dollars de dommages légaux et réels" pour avoir utilisé ses articles à des fins de formation, en décembre 2023.

Les outils d'OpenAI génèrent "des résultats qui récitent mot pour mot le contenu du Times, le résument étroitement et imitent son style expressif, comme le démontrent des dizaines d'exemples", affirme le procès.

L'entreprise spécialisée dans l'intelligence artificielle avait, précédemment déclaré, dans des preuves écrites fournies à la Chambre des Lords britannique, qu'il serait "impossible" de former des outils d'IA sans contenu extrait de l'internet".

ChatGPT n'a pas été utilisé pour remplacer le New York Times, selon les avocats

Dans le document déposé cette semaine au tribunal, les avocats d'OpenAI ajoutent que ChatGPT n'est pas un "substitut à un abonnement au New York Times".

"Dans le monde réel, les gens n'utilisent pas ChatGPT ou tout autre produit d'OpenAI dans ce but".

Selon eux, les articles du New York Times ne représentent qu'une "infime partie des divers ensembles de données qui ont été utilisés pour entraîner ces modes de langage".

Selon eux, l'utilisation de matériel protégé par le droit d'auteur à des fins de formation est protégée par le "fair use", une doctrine juridique américaine qui autorise certaines utilisations sans licence d'œuvres protégées par le droit d'auteur.

Des experts ont récemment affirmé, à Euronews Next, que les poursuites en matière de droits d'auteur engagées contre des entreprises d'IA pour avoir utilisé des contenus protégés par le droit d'auteur à des fins de formation seront probablement déterminées au cas par cas en fonction du degré de similitude du résultat avec l'œuvre originale.

OpenAI affirme qu'elle s'efforce de résoudre des problèmes tels que les modèles d'intelligence artificielle qui régurgitent des données d'entraînement ou génèrent des réponses erronées, ce qui n'est pas la façon dont ils sont censés fonctionner.