Publicité

Opération « Place nette XXL » à Marseille : Gérald Darmanin livre un nouveau bilan

Mardi 19 mars, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin était à Marseille, en compagnie notamment d’Emmanuel Macron, à l’occasion du déclenchement d’une vaste opération antidrogue.
CHRISTOPHE ENA / AFP Mardi 19 mars, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin était à Marseille, en compagnie notamment d’Emmanuel Macron, à l’occasion du déclenchement d’une vaste opération antidrogue.

TRAFIC DE DROGUE - Il vante les effets d’opérations d’une « ampleur inégalée ». Après le déclenchement d’une action anti-drogue baptisée « place nette XXL » à Marseille, en présence notamment d’Emmanuel Macron, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin en a livré un bilan chiffré, ce mercredi 20 mars, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Pour celui qui a fait de la lutte contre les trafics un combat cardinal, c’est peu dire que l’événement revêtait une importance particulière.

Opération anti-drogue à Marseille : Macron veut « rendre la vie impossible aux consommateurs et aux familles de guetteurs »

« Au bout du troisième jour de travail de 4 000 policiers et gendarmes qui, pendant plusieurs semaines, vont éradiquer le trafic de drogue dans la cité phocéenne, nous avons aujourd’hui plus de 120 interpellations, de nombreuses armes saisies, de nombreuses saisies de drogue évidemment », se félicite ainsi le locataire de la place Beauvau, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Et Gérald Darmanin de détailler les différents quartiers visés par l’opération lancée lundi, à savoir « cinq grandes cités marseillaises, mais aussi la gare Saint-Charles et le port » de la ville. Des actions coordonnées entre plusieurs branches des forces de l’ordre (dont des CRS, la police judiciaire et les douanes notamment) qui visent en particulier « ceux qui organisent le trafic de drogue », précise encore le ministre.

Cibler les trafiquants, mais pas seulement

Ces dernières semaines, plusieurs cadres de la « DZ Mafia » et du clan « Yoda », deux bandes rivales qui se livrent à un duel sanglant pour contrôler certains quartiers de Marseille, ont en effet été interpellés. À cet égard, Gérald Darmanin salue dans sa vidéo la coopération avec les services de la justice, qui ont organisé depuis des mois la « judiciarisation » de l’action, c’est-à-dire la mise en branle du système judiciaire pour accompagner le travail des enquêteurs.

Dans la droite lignée de ce qu’avait annoncé depuis Marseille Emmanuel Macron, Gérald Darmanin évoque en outre un « combat très important » qu’est celui de la lutte contre les consommateurs de drogue. Le chef de l’État, lui, avait aussi évoqué le cas des familles de guetteurs par exemple, n’écartant aucune piste pour sanctionner les « parents défaillants », à l’image de la rhétorique qui a cours au sein du gouvernement depuis les émeutes ayant suivi la mort de Nahel, l’été dernier.

« En luttant contre les trafiquants, nous redonnons de la liberté dans les quartiers », assure encore Gérald Darmanin, donnant l’exemple du quartier de la Paternelle, à Marseille, où « les enfants, les associations, les fêtes de quartiers peuvent se tenir ». Il conclut, après avoir répété la volonté de ses services de lancer de nouvelles opérations de grande ampleur dans d’autres villes de France, par une dernière phrase programmatique : « La lutte contre la drogue est l’objectif du ministère de l’Intérieur ».

À voir également sur le HuffPost :

Face aux « parents défaillants », Aurore Bergé promet des travaux d’intérêt général et des amendes

À Marseille, Macron face aux accusations de « deux poids, deux mesures » entre Ukraine et Gaza