Opération Barkhane: le commandant d'une importante katiba du GSIM tué par l'armée française

·2 min de lecture
Un soldat français de l'opération Barkhane, à Tombouctou au Mali, le 9 septembre 2021 (photo d'illustration)
 - Maimouna MORO © 2019 AFP
Un soldat français de l'opération Barkhane, à Tombouctou au Mali, le 9 septembre 2021 (photo d'illustration) - Maimouna MORO © 2019 AFP

L'annonce a été faite ce jeudi. Dans un communiqué publié au milieu de la matinée, le ministère des Armées a informé de la neutralisation par l'armée française de Nasser Al Tergui, commandant d'une importante katiba (un camp de combattants, ndlr) du GSIM (Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans) au Mali et proche d'Al-Qaïda.

Repéré par un drone

Selon ce document de l'État-major, les faits ont eu lieu le 15 octobre, lorsqu'"un véhicule transportant à son bord cinq individus a été repéré par un drone à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Gossi."

Parmi les passagers, Nasser Al Tergui qui "était notamment spécialisé dans la pose d'engins explosifs improvisés et de mines". Il avait rejoint les rangs d'Al Qaïda au Maghreb islamique en 2012, lors de la prise de Tombouctou par les groupes jihadistes.

Plus tard dans la journée, le véhicule s'arrête à hauteur d'un village nomade afin "d'y passer la nuit." Au matin du 16 octobre, les militaires de la Force Barkhane décident d'intercepter le véhicule dont le conducteur refuse de s'arrêter. En représailles, "deux frappes aériennes sont déclenchées pour le stopper." Un groupe commando a été héliporté sur la zone de la frappe pour la reconnaître afin d'examiner le véhicule détruit et récupérer des matériels d'intérêt, en cours d'exploitation.

"Réduire les capacités de nuisance"

Cette nouvelle neutralisation d'un chef jihadiste par les Français intervient alors que les autorités maliennes ont officiellement confié au ministère des Affaires religieuses le dossier du dialogue avec certains groupes jihadistes, à un moment délicat des relations avec Paris. La France, principal allié du Mali, a toujours refusé ce dialogue.

"La neutralisation du chef de la katiba du Gourma va permettre de réduire les capacités de nuisance d'un groupe armé terroriste connu pour commettre des attaques contre les forces locales ainsi que de nombreuses exactions contre la population locale", se félicite le ministère.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles