Publicité

OM: "Il n'y en a pas un capable de dribbler", Di Meco très inquiet par le niveau des Marseillais

Battu à Lyon dimanche lors de la 20e journée de Ligue 1 (1-0), l'OM a enchaîné un quatrième match consécutif sans victoire dans l'élite. Désormais huitième du classement, le club phocéen accuse trois points de retard sur la dernière place qualificative pour l'Europe et sept sur le podium. Malgré le retour de certains internationaux retenus à la CAN 2024, le groupe de Gennaro Gattuso a eu du mal à exister face aux Gones. Au lendemain de cette contre-performance, Eric Di Meco a fustigé le comportement des joueurs, ainsi que leur niveau.

"Ils en voulaient plus que toi, il n'y a pas de souci. Sauf que le péché n'est pas là. Si tu crois que c'est ça, tu te trompes. C'est une question de qualité, de qualité collective, de qualité de l'effectif. Quand je dis de l'effectif, qu'on ne me dise pas qu'Aubamyang était là et a été bon. Je parle de qualité collective globale, de cohérence dans la composition d'équipe, voire dans le recrutement", a lâché notre consultant dans le Super Moscato Show sur RMC. "Gattuso se dédouane sur la tactique en disant que c'est un problème d'état d'esprit. Eh bah non, je suis désolé... Si on m'explique que cette équipe-là, avec cet effectif-là, peut jouer à quatre défenseurs et avec trois milieux de terrain comme ça… Et surtout trois attaquants, un à droite et un à gauche qui sont perdus, qui sont tous seuls, qui ne sont pas capables d'éliminer un mec."

>> Revivez OL-OM (1-0)

"Ndiaye, c'est Zébulon, il tourne en rond"

Malgré le but encaissé par la défense marseillaise, c'est surtout le secteur offensif de l'OM qui a fait enrager Eric Di Meco. Certes, Amine Harit est passé tout près du but de l'année sur le coup d'envoi. Mais les coéquipiers de Pierre-Emerick Aubameyang ont déçu et ne se sont pas procurés assez d'occasions au Groupama Stadium. "Quand tu joues comme ça, avec des couloirs devant très écartés, il faut que ce soit des bouffeurs d'espace et des bouffeurs de défenseurs les mecs. Ndiaye, lui c'est Zébulon donc il tourne sur lui-même", a encore pesté le vainqueur de la Ligue des champions 1993. "L'autre, Luis Henrique, on ne va rien lui dire peuchère parce qu'il ne devait pas être là et maintenant, on est presque content qu'il soit resté. On est content qu'il soit resté parce que si ce n'est pas lui c'est Correa, donc tout le monde s'ouvre les veines. Les gens lui ont enlevé les avions pour qu’il ne parte pas Luis Henrique."

"Il y a un problème, oui sur le match de dimanche, Lyon t'a marché dessus et en voulait plus. Mais ce n'est pas la raison, pas la seule raison. Comment tu fais pour ne pas avoir d'occasion pendant 70 minutes contre Lyon? Je veux bien qu'on me dise que O'Brien c'est Van Dijk et que Caleta-Car c'est devenu un monstre défensif. Non, ne déconnons pas quand même! Dimanche soir, tu joues contre une équipe qui joue contre la relégation, tu es l'OM, tu as des ambitions pour être dans les quatre et tu fais ça."

Toujours aussi agacé par le match de l'OM, Eric Di Meco a remis une couche lors de son passage dans l'émission Rothen s'enflamme sur RMC: "Tu as un gros problème offensif quand même. Aubameyang tout seul devant en pointe, cela ne marchera pas. Et tes ailiers qui sont tous seuls en faisant du un-contre-un, il n'y en a pas un capable de dribbler et d'éliminer en un-contre-un", a lâché l'ancien défenseur de l'OM. "Ndiaye c'est Zébulon, il tourne en rond et le pauvre Luis Henrique, je ne vais pas taper sur lui parce qu'il ne devait pas être là et il est là à rendre service."

Di Meco accuse Gattuso de se voiler la face

Très déçu du niveau d'engagement des joueurs de l'OM lors de cet Olympico perdu à Lyon, Eric Di Meco a aussi dénoncé les manquements et les faiblesses de cette équipe phocéenne. "Sur le match de dimanche soir, on a vu que les Lyonnais ont fait ce qu'il fallait à ce niveau. C'est-à-dire sur l'impact, la combattivité, l'envie de faire mal. Mais après il y a quand même le reste, et le reste c'est pauvre. Comment c'est possible dans un match comme ça, qu'on ne m'explique pas que les Lyonnais sont devenus des aigles du jour au lendemain, c'est une équipe qui bataille pour ne pas descendre, qui se sont retrouvés sur les valeurs mentales et on verra peut-être dans les prochaines semaines que c'était parce que c'était l'OM en face, alors que cela sera plus difficile contre une autre équipe. Mais quand même, 70 minutes pour avoir une occasion de but... pas de combinaison avec des centres. Il a fallu voir rentrer Clauss, que tu as mis au cinquième dessous la semaine dernière, pour voir un mec capable de mettre des bons centres, des bonnes passes et créer quelque chose."

Et de conclure sur cette triste performance collective: "Il y a tout qui ne va pas. Dans l'engagement, Lyon était meilleur. Techniquement, tu as été au niveau de Lyon qui est une équipe moyenne. Tactiquement, puisque je mets toujours les joueurs devant leurs responsabilités, mais l'entraîneur, il va falloir en parler à un moment donné. Dimanche soir, quand lui t'expliques que ce n’est pas tactique mais que c'est dans l'engagement, lui aussi il se voile la face".

Article original publié sur RMC Sport