Pour Olivier Faure, "Anne Hidalgo présente le plus de solidité à gauche"

·3 min de lecture
Olivier Faure chez Jean-Jacques Bourdin le 15 octobre 2021 - BFMTV
Olivier Faure chez Jean-Jacques Bourdin le 15 octobre 2021 - BFMTV

Invité ce vendredi matin sur BFMTV-RMC, Olivier Faure a défendu la candidature d'Anne Hidalgo. "Elle est la seule qui, aujourd'hui, présente le plus de solidité à gauche par son équipe des maires qui l'entourent. C'est un vrai shadow cabinet qu'elle propose", a estimé le Premier secrétaire du parti socialiste qui soutient depuis le printemps l'édile parisienne.

Mélenchon ou "l'union pour les nuls"

Face à une gauche émiettée sur la ligne de départ de la présidentielle, le député de Seine-et-Marne a fermé la porte à la proposition de Jean-Luc Mélenchon d'être le candidat unique de la gauche.

"Il n'a jamais voulu tendre la main à personne. Il disait qu'il ne voulait pas de ce qu'il appelait la soupe des logos. Je crois à l'union qui se fait autour d'une coalition avec des gens qui portent un projet commun. Quand on dit 'réunissez-vous derrière moi', c'est l'union pour les nuls", a avancé le parlementaire.

"Combattre Zemmour"

Le patron du PS a également regretté son débat face à Éric Zemmour en septembre dernier.

"Il faut combattre Zemmour. Il ne faut pas le favoriser en laissant croire que ce sont des idées avec lesquelles il faut débattre. On ne peut pas laisser quelqu'un dire froidement Vichy, c'était formidable. Il a dit ça en disant que le Maréchal Pétain était formidable parce qu'il a sacrifié les juifs étrangers au lieu des juifs français. Rendez-vous compte. (Mélenchon) a eu tort de faire ce débat", a analysé Olivier Faure.

Hidalgo, première des écologistes

Olivier Faure est également revenu sur la candidature de Yannick Jadot qui se situe devant la maire de Paris dans les sondages. Certains à gauche laissent entendre qu'elle pourrait se retirer à son profit si les intentions de vote ne décollent pas.

"Elle est une candidate écologiste et elle l'a prouvé à la mairie de Paris. C'est l'écologiste qui fait, pas l'écologiste qui parle (...) Mais je ne veux pas disqualifier Yannick Jadot que j'aime beaucoup. Je n'aime pas les gens qui cherchent à se dévaloriser sur la peau des autres", a jugé l'élu.

"On a fait de la police la garde prétorienne de la République"

Enfin, Olivier Faure est revenu sur la polémique entre Gérald Darmanin et Philippe Poutou. Le candidat du NPA pour la présidentielle a estimé ce mercredi qu'une "quinzaine de jeunes (étaient) tués par la police annuellement" et accusé le ministre de l'Intérieur de "donner le feu vert à la police pour frapper comme ils veulent." Le patron de la place Beauvau a déposé plainte.

"Il peut arriver que certains policiers soient pris par la peur, par la panique, (...) ils ont un métier qui n'est pas facile. Il y a des bavures, c'est arrivé, hélas. Je pense à ce pauvre Steve noyé dans la Loire, à un certain nombre de jeunes éborgnés, de jeunes qui ont perdu leur main", a considéré le parlementaire.

"Mais est-ce que c'est le problème de la police qui tue ou le problème des consignes du maintien de l'ordre? Je vois ce qu'ont fait les pays européens et je vois qu'ils cherchent la désescalade. En France, on a cherché le face-à-face. (...) On a fait de la police la garde prétorienne du pouvoir. On a eu tant de fierté de notre police après les attentats pourtant. (...) Il faut qu'on leur donne des consignes qui correspondent à leur mission fondamentale", a continué Olivier Faure.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles