Odile Vuillemin : "Deux femmes n’est pas un réquisitoire féministe contre les hommes" (France 2)

·1 min de lecture

Qui est Colette Chevreau, votre personnage ?

Odile Vuillemin : Elle s’inspire de Monique Case, et de l’affaire du Bois bleu. Une femme libre, aux idées progressistes, injustement accusée du meurtre du directeur de l’agence bancaire locale. Elle ne devra son salut qu’au travail acharné d’une jeune juge, fraîche émoulue de l’École de la magistrature : Anne-Marie Leroux, jouée par Agathe Bonitzer (à droite).

Qu’est-ce qui vous a séduite dans ce scénario ?

Il est le reflet d’une époque. Ce n’est pas un réquisitoire féministe contre les hommes : on montre les mentalités telles qu’elles étaient, ensuite chacun se fait son opinion. Il y a, par exemple, ces images d’archives d’un JT relatant l’adoption de la loi sur les régimes matrimoniaux. Les femmes ne pouvaient jusque-là ouvrir un compte bancaire sans l’accord de leur mari.

Comment avez-vous abordé ce rôle ?

Je n’ai pas tenté de ressembler à Monique Case. C’était une femme brillante, qui avait une façon très posée de s’exprimer, et c’est cela que j’ai essayé d’aller chercher. Le plus dur, pour moi, a été de passer de la légèreté d’être qui la caractérisait à son basculement dans le drame.

À lire également

Les Innocents (TF1 Séries Films) Odile Vuille... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles