Publicité

"Odieux" et "inacceptables" : Aurore Bergé dénonce les propos de Gérard Depardieu

"Il n'y a rien à défendre dans les propos qui ont été les siens et personne ne les a défendus, personne évidemment dans le gouvernement, ni le président de la République", a déclaré la ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes.

La ministre déléguée à l'Égalité hommes-femmes, Aurore Bergé, a jugé dimanche 14 janvier "odieux" les propos de Gérard Depardieu diffusés en décembre à la télévision tout en estimant qu'Emmanuel Macron n'a aucunement exprimé du "soutien" à ces paroles misogynes de l'acteur.

Le chef de l'État est critiqué par les associations féministes pour avoir apporté en décembre son soutien à la star de cinéma, mis en examen pour viols et visé par trois plaintes pour agression sexuelle ou viol, des accusations qu'il réfute.

"Il n'y a rien à défendre" dans ces propos

Emmanuel Macron avait notamment dénoncé une "chasse à l'homme" contre Gérard Depardieu, un "immense acteur" qui "rend fier la France", quelques jours après la diffusion d'un documentaire choc sur France 2 truffé de remarques insultantes, à caractère sexuel, de l'acteur.

Interrogé dimanche sur LCI sur ce soutien du chef de l'État, Aurore Bergé a affirmé ne pas avoir "entendu le président de la République, à aucun moment, dire que les propos qui avaient été tenus par Gérard Depardieu méritaient un quelconque soutien et une quelconque défense".

"Les propos qu'il (Gérard Depardieu, ndlr) a tenus dans une émission sont des propos qui sont odieux, inacceptables. Point. Il n'y a rien à défendre dans les propos qui ont été les siens et personne ne les a défendus, personne évidemment dans le gouvernement, ni le président de la République", a ajouté la ministre à l'Egalité femmes/hommes.

"La question, c'est surtout comment on agit" sur les féminicides et sur les agressions sexuelles, a-t-elle souligné.

Une "faute grave" pour Roussel

Interrogé sur le même sujet sur BFMTV, le secrétaire national des communistes Fabien Roussel a pour sa part estimé que "le président de la République a commis une faute grave" en affichant son soutien à Gérard Depardieu. "Il a voulu faire diversion au lendemain du vote sur l'immigration", a-t-il affirmé.

Des manifestations initiées par des associations féministes ont eu lieu dans plusieurs villes de France jeudi soir contre le soutien affiché à Gérard Depardieu par Emmanuel Macron, également critiqué après l'annonce du nouveau gouvernement en raison de l'absence de femmes aux postes régaliens.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - La Minute de Gérard Depardieu