Publicité

Cette odeur étrange qui pourrait être un signe de cancer

Bright young woman covers his nose due to bad smell isolated on pink background

Une odeur particulière au niveau du vagin pourrait être le signe d’un cancer de l’utérus ou du col de l’utérus, selon un expert dont les propos ont été relayés par le Sun.

Comme beaucoup le disent, il faut être très vigilant aux changements de notre corps mais aussi aux odeurs suspectes. Selon un expert, dont les propos ont été relayés par le Sun, une odeur particulière au niveau du vagin pourrait être le signe d’un cancer de l’utérus ou du col de l’utérus.

Comme il le rappelle, le vagin a une bactérie naturelle qui est là pour garder un bon équilibre, et c'est pour cette raison qu'il a toujours une légère odeur. Mais lorsque cette odeur s’accentue et devient un peu "métallique", il est préférable d’aller consulter car dans certains cas, un écoulement nauséabond peut être un symptôme de la maladie.

"Il est peu probable que les pertes et les odeurs vaginales soient les seuls ou les premiers symptômes. Vous avez peut-être eu des saignements pendant les rapports sexuels, ou peut-être des saignements occasionnels qui deviennent plus réguliers", a toutefois rappelé le Dr Bryony Henderson tout en précisant que ces symptômes pouvaient également résulter de fibromes (tumeurs bénignes) ou de l’endométriose (une maladie gynécologique inflammatoire et chronique).

Un cancer qui peut être évité

Pour rappel, le cancer du col de l’utérus, attribuable dans presque 100% des cas à une infection à papillomavirus humains transmise par voie sexuelle, peut être évité grâce à la vaccination contre le HPV et le dépistage. Chaque année en France, près de 3 000 femmes en développent un et 1000 femmes en meurent.

Selon Santé publique France, d’autres facteurs de risque peuvent agir de concert avec le HPV : le tabac, une infection par le VIH, une utilisation à long terme de contraceptifs oraux ou encore une multiparité.

VIDÉO - Papillomavirus: Macron annonce une campagne de vaccination "généralisée" dans les collèges