Publicité

Obsèques de Jean-Pierre Pernaut : pourquoi il a été enterré avec une souris d’ordinateur dans son cercueil

Le 2 mars 2022, Jean-Pierre Pernaut meurt à l'âge de 71 ans. Quelques jours plus tôt, il avait été placé dans un coma artificiel à la suite de complications relatives à son cancer des poumons. Près de deux ans après la disparition du journaliste préféré des Français, sa veuve, Nathalie Marquay-Pernaut, se confie dans le livre Un signe de toi, paru aux éditions Trédaniel. L'ancienne Miss France, persuadée qu'elle reçoit régulièrement des messages de son défunt mari depuis sa mort, explique notamment pourquoi Jean-Pierre Pernaut a été enterré avec un objet insolite dans son cercueil. Cette décision est revenue à Muriel, une très bonne amie du couple Pernaut qui a aidé Nathalie Marquay à organiser les obsèques du journaliste. "Muriel qui fait partie intégrante de la famille et qui, elle aussi, a souhaité que Jean-Pierre emporte quelque chose d’elle, un objet qui symboliserait le lien d’amitié qu’ils ont tissé tous les deux au fil des années", explique la mère de Lou et Tom. Après une longue réflexion, l’amie du couple a arrêté son choix sur… une souris d’ordinateur. "Muriel s’est souvenue de la relation toujours un peu tendue que Jean-Pierre entretenait avec les ordinateurs, les téléphones portables et autres objets connectés", justifie l’ancienne Miss France. "Lorsqu’il y avait un problème, quelque chose qui ne marchait pas, ou plutôt lorsqu’il ne voulait pas perdre son temps à trouver la solution, qui appelait-il, (...)

Lire la suite sur Closer

"Quelqu’un dont je n’ai…" : Josiane Balasko évoque l’affaire Gérard Depardieu sans langue de bois
Disparition de Delphine Jubillar : ces trois nouveaux témoins qui pourraient sceller le sort de son mari
Man Boobs : qu'est-ce que la gynécomastie, ce phénomène qui peut représenter un risque pour la santé ?
Quel est le meilleur régime pour le signe du Lion ?
“J’essaie de faire attention maintenant” : les rares confidences de Christophe Dechavanne sur les femmes qu’il a aimées