Publicité

"Il n'y avait pas d'autre choix", Lavezzi serait toujours hospitalisé dans un centre dédié à la santé mentale

Ce n’est évidemment pas l’après-carrière dont pouvait rêver Ezequiel Lavezzi. En mai 2020, seulement quelques mois après l’annonce de sa retraite, il y avait d’abord eu un chantage à la sextape. Plusieurs individus l’avaient contacté en affirmant posséder des documents de sa vie intime, et lui avaient demandé de l’argent pour qu’ils ne soient pas publiés. L’ancien attaquant, resté dans les mémoires comme un excellent dribbleur et un inimitable ambianceur de vestiaire, s’était résolu à porter plainte.

Plus récemment, la presse italienne a révélé qu’il se serait fait escroquer plus de 27 millions d’euros par son ex-agent Alejandro Mazzoni. Dans cette vie qui ressemble à un mauvais polar, le dernier épisode en date a encore un peu plus inquiété ses fans. Mi-décembre, "Pocho" a été hospitalisé dans des circonstances qui restent floues après avoir été touché à l’abdomen et à la clavicule en Uruguay.

Des problèmes d'alcool

Une première version a laissé entendre que l’ex-joueur de Naples et du PSG, avait été poignardé lors d’une dispute. Une rumeur aussitôt démentie par ses proches, qui ont plaidé l’incident domestique. L’hypothèse d’une chute survenue lors d’une fête à Punta del Este, une station balnéaire au sud-est de l’Uruguay, a également été évoquée.

Rapatrié en Argentine, Lavezzi a été admis début janvier dans un centre médical de Buenos Aires. Un établissement spécialisé en santé mentale qui a déjà vu passer de nombreuses personnalités. "Mon père suit un traitement et va bien. Arrêtez d’inventer des choses qui sont fausses. Il n’a pas fait d’overdose", a commenté sur les réseaux sociaux son fils Tomás. Selon L’Equipe, Lavezzi serait toujours hospitalisé dans cette clinique, en "isolement presque total" pour soigner notamment ses problèmes d’alcool.

"C'est dur. Mais il faut que je le fasse, que je réoriente ma vie, mes habitudes. Et tout cela, je dois le faire pour mon fils. J'avais dépassé les limites. J'ai essayé de me 'nettoyer' seul mais je n'ai pas pu. Il n'y avait pas d'autre choix que de venir ici", aurait déclaré Lavezzi à un proche, selon le témoignage apporté par le journaliste argentin Matias Vazquez, dans des propos relayés par L’Equipe.

D'après Matias Vazquez, Lavezzi n'a pas accès à la télévision et il ne peut consulter son téléphone portable qu'occasionnellement.

Article original publié sur RMC Sport